Le Mujao revendique l’enlèvement de l’équipe du CICR

Deux islamistes du Mujao qui occupe la ville de Gao, dans le nord du Mali, le 16 juillet 2012.
© AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

Un responsable du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest a affirmé ce mardi 11 février avoir enlevé dans le nord du Mali l'équipe du Comité international de la Croix-Rouge dont on était sans nouvelles depuis le 8 février. Et ce alors que le Mujao opère visiblement un retour en force dans la région.

Yoro Abdoulsalam, membre de la direction du Mujao, a revendiqué auprès d’un journaliste de l’AFP l’enlèvement de l’équipe du Comité international de la Croix-Rouge. « Grâce à Dieu, nous avons pris un 4x4 des ennemis de l’islam avec leurs complices », a-t-il affirmé, précisant que les humanitaires étaient en vie.

On était sans nouvelle depuis samedi 8 février du véhicule qui transportait les employés du CICR et un vétérinaire d’une autre organisation humanitaire, tous des Maliens.

Ceux qui ont connu Yoro Abdoulsalam en 2012, lorsque le Mujao contrôlait la ville de Gao le présentent comme l’un des chefs de l’aile des trafiquants du groupe islamiste.

Sa revendication intervient au moment où le mouvement armé fait de nouveau beaucoup parler de lui dans le nord du Mali. Ainsi, certains voient derrière les affrontements intercommunautaires entre Peuls et Touaregs la main du Mujao. Et lundi 10 février, quelques dizaines de ses combattants ont pris brièvement le contrôle de la localité de Djebock. Sur place, ils ont tenté sans succès d’arrêter le patriarche des Touaregs de la tribu des Imrad.