Republier
Culture RDC

Le «King» de la rumba congolaise est mort

L'album «Le Retour» de King Kester.
© DR

Celui qu’on surnommait le « King », version raccourcie de son nom de scène King Kester Emeneya, est décédé ce jeudi 13 février à l'âge de 58 ans. Avec les Franco et Tabu Leye Rochereau, ce musicien est sans conteste une grande figure de la rumba congolaise.

La marque de fabrique King Kester, sa révolution à lui, c’est le synthétiseur. Il l'introduit pour la première fois dans la musique congolaise à la toute fin des années 1980. Jean Emeneya Mubiala Kwamambu de son vrai nom, c’est aussi une très longue carrière musicale commencée à l'âge de 17 ans.

A l’époque, à Kikwit, sa ville natale, à 300 km de la capitale, il se lance avec son premier groupe baptisé « les anges noirs ». Mais un jour, pendant ses vacances à Kinshasa, un ami lui présente Papa Wemba.

Sa carrière décolle réellement en 1977, avec le groupe Viva la Musica de Papa Wemba. Jusqu'au divorce cinq ans plus tard. L’artiste crée alors sa propre formation : Victoria Eleyson.

De Jésus à la sappe

Vient ensuite la carrière internationale dans les années 1990 et son virage électronique avec l'album Nzinzi, sorti trois ans auparavant. La France mettra plus de temps à le découvrir : son premier concert au Zenith attendra 2000, rapidement suivi en 2001 de l’Olympia.

Au-delà de la carrière musicale, King Kester est aussi un personnage haut en couleurs. Emeneya affirmait être l’un des descendants de Jésus Christ... rien de moins. Chacune de ses sorties publiques à Kinshasa était un spectacle. Car c’est aussi un fan de style et de marques, l’un des initiateurs du mouvement des « Sapeurs », la société des ambianceurs et des personnes élégantes.

Aujourd’hui, le musicien laisse des centaines de compositions, mais aussi un dernier album inachevé. « This is me » (« c’est moi ») devait s'achever à Paris. Ses problèmes cardiaques ne lui en auront pas laissé le temps. Avec Tabu Leye Rochereau, disparu en décembre dernier ou encore Franco, il figure désormais au panthéon des grands noms de la rumba congolaise.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.