Procès Ntaganda: l’accusation a présenté ses preuves

Bosco Ntaganda devant la CPI, en mars 2013.
© REUTERS/Peter Dejong/Pool

A la CPI, l'audience de confirmation des charges contre Bosco Ntaganda s'est achevée ce vendredi 14 février. Durant 5 jours, l'accusation a cherché à convaincre la cour qu'il existe suffisamment de preuves pour poursuivre cet ancien chef de guerre. Le bureau de la procureure l'accuse d'avoir commis des crimes « ethniques » en Ituri en 2002 et 2003. Une époque où milices hema et lendu s'affrontaient dans ce district de l'est de la République démocratique du Congo. Des accusations qui reposent « sur de fausses bases », a plaidé la défense.

Pour l'accusation, aucun doute : Bosco Ntaganda a eu un rôle central dans les crimes « éthniques » commis en Ituri entre 2002 et 2003 en planifiant, dirigeant et exécutant lui-même des attaques qui ciblaient délibérément les populations civiles non hema.

 → A (RE)LIRE : Bosco Ntaganda accusé de crimes ethniques par la procureure de la CPI

Une présentation biaisée et tronquée des faits, rétorque la défense. Les opérations menées par Bosco Ntaganda en Ituri avaient un objectif militaire : chasser les milices et protéger, justement, toutes les populations civiles des exactions, et pas seulement les Héma, plaide Maître Desalliers.

« Cela voudrait donc dire que les 18 témoins oculaires de l'accusation se sont tous trompés ? », ironise la substitut du procureur. Au contraire, les témoignages sont d'autant plus accablants selon elle, qu'ils émanent de plusieurs sources : victimes, observateurs internationaux, mais aussi témoins politiques et militaires, proches ou membres de la milice de Bosco Ntaganda.

Débats oraux clos

Et la défense, de son côté, de remettre en cause la crédibilité de certains témoignages et mettre en garde la cour : le nombre de témoins à charge ne doit pas être considéré, en soi, comme une preuve de culpabilité.

Les débats oraux sont désormais clos. Chacune des parties doit maintenant compléter sa présentation par écrit. Il faudra donc attendre plusieurs mois pour savoir si la cour estime que les éléments de preuve présentés par l'accusation sont suffisants pour traduire Bosco Ntaganda en justice.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.