Republier
Gabon

Gabon: coup de balai dans les bars et boîtes de nuit de Libreville

Vue de Libreville au Gabon.
© Getty Images/Robert Ross

La police gabonaise, agissant sur ordre du parquet, a interpellé dans la nuit du samedi 15 au dimanche 17 février une centaine de mineurs surpris dans les boîtes de nuit et les bars en pleine consommation de boissons alcoolisées et de tabac. Au total, 106 personnes mineures et des tenanciers de bars et de boîtes ont été interpellés et ont passé la nuit dans un camp de police.

Nous sommes dans une salle transformée en cachot pour jeunes filles. La salle manque de tout. Dans un coin, une dizaine de fillettes épuisées sont allongées sur des gilets pare-balles, à défaut de matelas. « Ce sont des enfants des grands types », murmure un policier tout sourire.

Les autres enfants fulminent de colère : « On ne s’attendait pas à ça. Dès qu’on est arrivé, on nous a coupé les cheveux. Et on est devenus comme des rats », raconte une jeune fille. « Ils m’ont coupé les cheveux, je suis une fille, c’est trop moche. C’est trop d’humiliation », se plaint une autre. « C’est à 18 heures qu’on nous a attrapées. Après ils nous ont embarquées. Et quand on se serre dans le camion comme des moutons, il y a des gifles qui passent, il y a des étouffements. »

Rats et moustiques

Les 77 garçons ont été envoyés dans une autre salle équipée des tables-bancs. Mais ils ne sont pas prêts d’oublier la nuit passée à se bagarrer avec les rats et les moustiques : « C’est traumatisant, on ne peut pas oublier ça », confie l’un d’eux. « On n’avait pas de nourriture, on pensait qu’on allait mourir de faim ici », s’exclame un autre.

En début de soirée, tous les enfants ont été libérés. Les tenanciers des bars et boîtes de nuit où ils ont été interpellés restent en garde à vue. Ils seront présentés devant un procureur. Tous encourent un mois à un an de prison ferme et une amende allant de 20 000 à 200 000 francs CFA.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.