Naissance du «G5 du Sahel» pour le développement et la sécurité

De gauche à droite, les présidents du Niger, Mahamadou Issoufou, du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, du Tchad, Idriss Déby Itno, de la Mauritanie, Mohamed Ould Abdel Aziz, et du Burkina Faso, Blaise Compaoré. | AFP/Mohamed Ould Elhadj.
© AFP PHOTO / MOHAMED OULD ELHADJ

Les présidents de la Mauritanie, du Burkina Faso, du Mali, du Tchad et du Niger, réunis en min- sommet à Nouakchott le 16 février, ont créé le « G5 du Sahel », pour coordonner leurs politiques de développement et de sécurité. Selon le communiqué final, le nouveau groupe est « un cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale », avec à sa tête le chef de l’Etat mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, par ailleurs nouveau président en exercice de l'Union africaine.

On connaissait le G8, et le G20, il y aura désormais le G5, le groupe des cinq pays du Sahel, Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad, ont affiché hier à Nouakchott leur volonté d'affronter ensemble les problèmes souvent similaires qu'ils partagent dans leur région.

La communauté internationale a promis à ces pays plus de 8 milliards d'euros en fin d'année dernière pour des investissements dans le domaine de la sécurité et du développement. C'est pour voir comment utiliser précisément cette enveloppe que le G5 voit aujourd'hui le jour.

Cette instance doit permettre d'élaborer dans les prochains mois une cartographie complète et précise des besoins et des projets : par exemple le désensablement du fleuve Niger, le bitumage de routes régionales, la création d'interconnections électriques entre le Mali et la Mauritanie, le Mali, le Burkina et le Niger.

« L'idée est de privilégier des projets dans des zones à l'abandon et donc propices au développement du terrorisme », explique le ministre nigérien du Plan. Le G5 n'est pas une structure de plus ou de trop, assure Amadou Boubacar Cissé. « C'est un nouvel espace de solidarité nécessaire qui va permettre aux pays du Sahel de mieux s'organiser ».

Le secrétariat permanent du groupe des 5 du Sahel devrait être basé à Nouakchott mais c'est un Nigérien qui sera nommé à sa tête. La prochaine réunion du G5 Sahel est prévue au Tchad d'ici six mois.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.