Republier
RDC

RDC: retour au calme à Bukavu

Mairie de Bukavu, Sud-Kivu, RDC.
© Wikimedia

En République démocratique du Congo, la tension est retombée à Bukavu après la dispersion violente jeudi des milliers de personnes venues accueillir l’opposant Vital Kamerhe dans son fief électoral. Ce vendredi matin, le chef de l’UNC a tenu à rencontrer les blessés à l’hôpital après une réunion avec la mission de l’ONU. Le bilan est lourd avec au moins 46 blessés.

C’est dans trois hôpitaux de la ville que les blessés ont été accueillis jeudi. Près de 46 au total, selon des sources concordantes, dont 25 civils et 21 membres de la police nationale.

Du côté de la police, les blessures sont en majorité dues à des jets de pierre. Du côté des civils, ce vendredi matin, une douzaine étaient encore hospitalisés. Il y a cinq blessés graves, l’un d’entre eux a reçu une balle dans le mollet. De source hospitalière, il s’agirait d’une balle perdue. Pas d’information sur la nature du projectile : en plastique ou en plomb. Un proche de Vital Kamerhé a reçu un coup de couteau à la nuque et enfin, trois personnes ont été grièvement blessées au visage par les gaz lacrymogènes.

A (RE)LIRE : RDC: la police disperse violemment les partisans de l’opposant Kamerhe

Jeudi, la Croix-Rouge avait également fait état de la mort d’un motard dans la bousculade. Une information démentie après vérification. « Après vérification de notre chargé des urgences il n'y a pas eu de mort d'un motard place de l'Indépendance », a déclaré Désiré Yuma Machumu, président provincial de la Croix-Rouge.

Seule certitude, ce matin le calme est revenu dans la petite ville au bord du lac Kivu. Le chef de l’UNC, Vital Kamerhé est allé rendre visite aux blessés. Dans l’après-midi, son parti doit se réunir pour décider de la suite du programme à savoir continuer la caravane de la paix ou la suspendre. Dans l’immédiat, la tenue d’un meeting dans la capitale du Sud-Kivu a été abandonnée.


■ Reactions congolaises

Du côté des autorités congolaises, le ministre de l'Intérieur rejette la responsabilité des incidents sur Vital Kamerhe qui, selon le ministre, n'a pas respecté les engagements pris pour le bon déroulement de sa tournée :

Ce qui s’est passé à Bukavu, c’est de la pure provocation.
Richard Muyej
21-02-2014 - Par Kamanda Wa Kamanda

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.