Accrochages à la frontière entre le Liberia et la Côte d’Ivoire

Une patrouille dans les rues de Duékoué. La région est soumise à des attaques récurrentes, menées par des groupes venus du Liberia voisin.
© AFP

En Côte d’Ivoire, au moins quatre personnes ont été tuées, ce lundi, dans une attaque contre les positions des forces de sécurité dans la ville de Grabo, située à la frontière avec le Liberia. L’attaque a eu lieu très tôt et a provoqué la panique des habitants.

« Cinq morts au total, quatre éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire et un assaillant », ce sont les précisions que vient de donner à la presse Paul Koffi Koffi. Le ministre délégué à la Défense a complété son bilan en évoquant le sort de trois autres assaillants faits prisonniers et qui sont en train d’être interrogés.

Parmi les civils, il y a eu des blessés, mais le calme est revenu ce lundi à Grabo, selon Paul Koffi Koffi. Il reconnaît néanmoins qu’il faut désormais redoubler d’efforts pour faire échouer ce genre d’attaque avant qu’il n’y ait des victimes.

A (RE)LIRE : Côte d’Ivoire: l’armée promet une «présence pérenne» de 600 hommes à la frontière avec le Liberia

C’est la première attaque qui se produit le long de la frontière ivoiro-libérienne depuis un an, mais il faut rappeler que l’année 2012 avait été particulièrement éprouvante pour les populations situées le long de la frontière entre la Côte d’Ivoire et le Liberia.

Cette fois, les assaillants, venus du Liberia et qui ne sont pas encore identifiés, auraient mené cette incursion suite à l’arrestation dernièrement, au Liberia, d’Ivoiriens qui étaient soupçonnés de préparer une attaque. Ils faisaient l’objet d’une observation très suivie de la police. Il faut savoir que les forces ivoiriennes et libériennes travaillent de concert pour sécuriser la frontière.