Republier
Tchad Justice

Devant la justice, l’ancien ministre tchadien Padaré reste muet

L’ancien ministre tchadien de la Justice, Jean-Bernard Padaré.
© AFP PHOTO/SEYLLOU

Au Tchad, la justice poursuit les auditions de plusieurs personnalités, suite à un rapport du ministère de la Bonne gouvernance, sur la gestion par le ministère de la Justice de fonds spéciaux fournis par la présidence. Mercredi, c'était au tour de l'ancien garde des Sceaux, Jean-Bernard Padaré, mais celui-ci a refusé de répondre aux questions des enquêteurs.

Jean-Bernard Padaré est arrivé mercredi dans l’après-midi à la brigade économique et financière de la police judiciaire. Il était accompagné des avocats assurant sa défense. Mais au moment de s’installer, le procureur qui s’est déplacé dans les locaux de la police a indiqué aux avocats de l’ancien ministre que leur présence n’était pas nécessaire.

Ils se sont alors retirés, mais l’ancien ministre a ensuite refusé de répondre aux questions du procureur, expliquant qu’il bénéficie d’un privilège de juridiction parce que les faits qui lui sont reprochés ont été commis pendant qu’il était ministre.

Il faut donc au préalable un acte de mise en accusation validé par le Parlement. L’ancien garde des Sceaux se donne un temps de répit, le temps que la procédure se mette en place. Mais de l’avis de plusieurs observateurs, il ne devrait pas échapper à la grande explication devant la Haute Cour de justice, avec le risque d’aller en prison.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.