Le Kenya intensifie sa lutte contre le trafic d’ivoire - Afrique - RFI

 

  1. 21:00 TU Journal
  2. 21:10 TU Accents d'Europe
  3. 21:30 TU Journal
  4. 21:33 TU Danse des mots
  5. 22:00 TU Sessions d'information
  6. 22:30 TU Sessions d'information
  7. 23:00 TU Journal
  8. 23:10 TU Autour de la question
  9. 23:30 TU Journal
  10. 23:33 TU Autour de la question
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Accents d'Europe
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU Danse des mots
  15. 22:00 TU Sessions d'information
  16. 22:30 TU Sessions d'information
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Autour de la question
  19. 23:30 TU Journal
  1. 21:00 TU Journal
  2. 21:10 TU Radio foot internationale
  3. 21:30 TU Journal
  4. 21:33 TU Radio foot internationale
  5. 22:00 TU Sessions d'information
  6. 22:30 TU Sessions d'information
  7. 23:00 TU Journal
  8. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  9. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Kenya Ouganda Faune

Le Kenya intensifie sa lutte contre le trafic d’ivoire

media Saisie d’une cargaison d’ivoire de contrebande au Kenya, en septembre 2009. AFP/ Simon Maina

L'Afrique de l'Est, via l'Ouganda et le port de Mombasa au Kenya, est le principal carrefour du trafic d'ivoire, révèle un rapport d'Interpol. Et au rythme ou va le braconnage, un cinquième des éléphants d'Afrique risque de disparaître d'ici une dizaine d'années, selon la CITES, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore menacées d'extinction.

Sur plus de 41 tonnes d'ivoire saisies en 2013, la majorité provient de Tanzanie où 30 éléphants seraient tués chaque jour. Les routes de la contrebande passent notamment par l'Ouganda, et le Kenya, qui avec le port de Mombasa est le principal point de sortie de l'or blanc en direction de la Chine, via des points de transit, notamment la Malaisie.

Le rapport d'Interpol recommande une approche intégrée et propose une assistance dans la collecte systématique de données, l'analyse des documents récupérés lors des saisies, et les interrogatoires. Cela permettrait d'identifier des réseaux et de rassembler des preuves suffisantes pour des chefs d'accusation de blanchiment d'argent, fraude ou évasion fiscale pour lesquelles les peines sont plus lourdes, poursuit le rapport.

Le Kenya a adopté une loi sur la faune, plus répressive, entrée en vigueur en janvier dernier. Il y a un mois, un Chinois, arrêté à l'aéroport de Nairobi avec 3,4 kilos d'ivoire en provenance du Mozambique a été condamné en première instance à payer une amende de 240 000 dollars ou à purger sept ans de prison. Un progrès, même si les capacités d'investigation restent faibles. Ce qui rend toujours aussi difficile le travail du procureur.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.