Procès Simbikangwa: un second témoin gênant pour l'accusé

Vue générale de la salle d'audience au procès de Pascal Simbikangwa devant la cour d'assises de Paris.
© REUTERS/Charles Platiau

Le procès de Pascal Simbikangwa, premier Rwandais jugé en France en lien avec le génocide de 1994, est entré dans sa 5e semaine. Le défilé des témoins à la barre devant la cour d'assises de Paris se poursuit. Lundi 3 mars, la cour a entendu un Tutsi sauvé par l'accusé. Mais ce témoignage s'est révélé bien encombrant pour la défense. 

Paradoxalement, ce ne sont pas les témoignages les plus à charge qui ébranlent la ligne de défense de l’accusé, mais ce sont ceux des Tutsis qu’il a lui-même sauvés du génocide.

Pascal Simbikangwa s’accroche à une thèse : à Kiyou, quartier cossu de Kigali peuplé d’expatriés et de notables, où il vivait « comme dans une bulle », a-t-il précisé, il n’a rien vu, rien entendu.

« Impossible », a expliqué à la barre Isaïe Harintinwari, entendu par la cour vendredi dernier. Ce Tutsi doit la vie à Simbikangwa qui l’avait pris sous sa protection. Et il affirme que Pascal Simbikangwa était bien un homme important, qu’il a armé des barrières et qu’il ne pouvait ignorer ce qui se passait à quelques mètres de chez lui.

Albert Gahamanyi, entendu à la barre ce lundi, raconte la même chose : sa famille tutsi a été sauvée par l’accusé, c’était leur voisin. Son père, Tutsi, était haut fonctionnaire au ministère de l'Intérieur. Grâce à l’entregent de Simbikangwa, cette famille a pu fuir Kigali. Avec lui, nous passions les barrières avec une grande facilité, se souvient Albert, 15 ans à l’époque. Il se souvient aussi qu’à ces barrières il y avait des cadavres partout.

Mais l’accusé s’entête : « De mon siège, je ne pouvais rien voir, dit-il, je n’ai pas vu un cadavre ». Le déni jusqu’à l’absurde.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.