Republier
Tunisie

Caricatures de Mahomet: le Tunisien Jabeur Mejri est sorti de prison

Le Tunisien Jabeur Mejri a été libéré, le 4 mars 2014.
© Facebook

Jabeur Mejri avait été condamné en 2012 à sept ans et demi de prison pour troubles à l'ordre public après avoir diffusé des textes et des dessins considérés comme insultants pour le prophète Mohamed et l'islam. Le jeune Tunisien a été libéré mardi soir ; il a désormais retrouvé sa famille à Mahdia, sur la côte Est.

« C'est la fin d'un épisode douloureux, les autorités ont enfin compris que sa place n'était pas en prison », se réjouit maître Moktar Trifi, l'un des avocats de Jabeur Mejri. Ce jeune homme a passé deux ans derrière les barreaux pour avoir notamment diffusé des caricatures du prophète.

Me Trifi se dit satisfait mais reste sur ses gardes, car Jabeur est encore poursuivi dans une autre affaire. Celle-ci a d’ailleurs repoussé sa libération alors qu'il bénéficiait d'une grâce présidentielle depuis le 13 février. Il est accusé d'avoir détourné des abonnements de train quand il était employé d'une société de chemins de fer et risque pour cela jusqu'à dix ans de prison en raison d’une plainte déposée en 2011.

Le retour des méthodes de l’ancien régime ?

Me Ahmed Mselmi, un autre de ses avocats s'interroge : pourquoi a-t-il été auditionné par le juge d'instruction trois ans après l'ouverture de la procédure ? Son comité de soutien y voit un rappel des méthodes de l'ancien régime : « Utiliser un motif de droit commun pour justifier le maintien en détention d'un prisonnier d'opinion ».

Le président Moncef Marzouki, a longtemps refusé de libérer Jabeur Mejri, arguant qu'il pourrait être menacé par des extrémistes. Ce mardi, sa défense a réclamé des mesures pour sa sécurité au responsable régional. Dans l'affaire des caricatures, un autre jeune Tunisien, Ghazi Beji avait, lui aussi, été condamné par contumace à sept ans et demi de prison. Il avait fui la Tunisie et a obtenu l'asile en France où il se trouve toujours.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.