Niger: afflux de réfugiés fuyant la menace Boko Haram au Nigeria

Le Niger face à un afflux de réfugiés venus du nord du Nigeria
© Getty Images/Fairfax Media

La dernière vague d'attaques sanglantes de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria risque de provoquer un nouvel afflux de réfugiés vers le Tchad, le Cameroun et le Niger. Du coup, ces mouvements de population peuvent induire une crise alimentaire dans la région de Diffa, dans l'extrême est du Niger.

Les frontières poreuses entre le Nigeria et le Niger font craindre un risque sécuritaire dans la région. Des combattants de Boko Haram ont infiltré des localités frontalières côté nigérien, afin de fuir la répression des forces conjointes de la police et de l'armée nigériane, mais aussi pour se reposer voire préparer de nouvelles offensives.

Défi alimentaire

La poursuite d'opérations sanglantes qui terrorisent la population civile nigériane et les mouvements de population qu'elles génèrent vers le Niger risque de poser un défi alimentaire dans la zone de Diffa dans l'extrême est du pays. Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), 37 000 personnes y ont trouvé refuge suite aux précédentes vagues sanglantes orchestrées par Boko Haram. Un chiffre qui comprend les réfugiés nigérians, mais aussi les ressortissants du Niger qui ont décidé de regagner leur pays natal suite aux violences.

« On ne sait pas de quoi sera fait demain de l’autre côté de la frontière. Il se pourrait qu’il y ait encore d’autres mouvements. C’est ça la préoccupation. A chaque fois qu’il y a mouvement, ça nous demande encore plus de moyens. Ce sont des pays les plus pauvres de la planète qui connaissent régulièrement des déficits alimentaires. Viendra un jour où nous ne pourrons plus faire face à tous ces désordres », explique Hassan Ardo Ido, le secrétaire général du gouvernorat de Diffa.

Les autorités nigériennes la semaine dernière ont demandé 300 millions d'euros à la communauté internationale afin de réagir aux épidémies, aux conséquences d'éventuelles catastrophes naturelles, mais aussi aux risques de pénuries alimentaires amplifiés par les besoins des migrants issus du nord-est du Nigeria et du Mali.


■ Boko Haram aussi de plus en plus présent au Cameroun

Le nord du Cameroun deviendrait-il l'une des bases arrière du groupe islamiste Boko Haram ? Les derniers affrontements qui ont eu lieu dimanche le laissent penser. Des membres de la secte nigériane s'installeraient en nombre dans le nord du pays.

La frontière est poreuse et les membres de Boko Haram se sont adaptés.
Guibai Gatama
05-03-2014 - Par Emmanuelle Raybaut