Les larmes d'Oscar Pistorius face au témoignage d'un médecin

Oscar Pistorius se bouchant les oreilles pour ne pas entendre le témoignage du premier arrivé sur les lieux du drame. Pretoria, le 6 mars 2014.
© REUTERS/Marco Longari/Pool

La quatrième journée du procès d’Oscar Pistorius fut émouvante. L’athlète sud-africain est accusé du meurtre de sa petite amie, il y a un peu plus d’un an. Un nouveau témoin a été appelé à la barre ce jeudi 6 mars. Il s'agit d'un voisin, par ailleurs médecin, qui est arrivé sur les lieux du drame dans la demi-heure qui a suivi. A la barre, il a raconté ce qu’il avait entendu, mais surtout ce qu’il a vu en arrivant à la maison de l’athlète. Dans la salle, Oscar Pistorius, la tête dans les mains, s’est mis à pleurer.

Septième témoin. Un voisin d’Oscar Pistorius, qui, lui aussi, a entendu des tirs et des cris la nuit du drame. Surtout, cet homme est médecin ; il est arrivé à la maison de l’athlète dans la demi-heure qui a suivi l’incident pour prêter assistance. Johan Stipp a raconté à la cour qu’en rentrant dans la maison, il a vu une femme en sang allongée par terre, au pied des escaliers. A ses côtés, Oscar Pistorius pleurait, et tentait de la réanimer.

« Il y avait un homme à genoux sur sa gauche, il avait une main sur sa cuisse et de l’autre main, il avait deux doigts dans sa bouche. Et je me rappelle que la première chose qu’il a dit, c’est : "Je l’ai tuée, j’ai cru que c’était un cambrioleur, je l’ai tuée.»

Le témoin a expliqué avoir constaté que la femme était mortellement blessée, notamment d'une blessure à la tête. A ses côtés, Oscar Pistorius suppliait de ne pas la laisser mourir. Johan Stipp a expliqué à la cour qu'Oscar Pistorius était clairement bouleversé. Dans la salle d’audience, l’athlète est resté penché en avant, tout au long du témoignage, les mains sur les oreilles. Il s'est finalement mis à pleurer.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.