Republier
Libye Niger

Saadi, fils de Kadhafi, remis aux autorités libyennes par le Niger

Rien n'indique que Saadi Kadhafi aura droit à un procès juste et équitable, indique son avocat.
© REUTERS/Tim Wimborne

Le Niger a remis, ce jeudi 6 mars, matin aux autorités libyennes, Saadi Kadhafi, le fils du dirigeant libyen déchu feu Mouamar Kadhafi. La nouvelle a été annoncée dans un communiqué du Premier ministre libyen Ali Zeidan ce matin. Saadi Kadhafi s'était réfugié au Niger en septembre 2011 un mois avant la chute du régime de son père. Cela faisait des années que Tripoli réclamait son extradition.

Saadi Kadhafi est désormais détenu à Tripoli par la police judiciaire ; des photos officielles montrent la soumission du fils de l'ancien guide libyen, on le voit, vêtu d'une chemise de détenu, en train de se faire raser. Les autorités s'engagent à traiter Saadi Kadhafi conformément aux normes internationales. Tripoli accuse Saadi Kadhafi de s'être emparé de biens par la force et pour intimidation lorsqu'il dirigeait la Fédération libyenne de football.

Recherché par Interpol

Saadi Kadhafi, homme élancé de 40 ans et footballer raté, est par ailleurs accusé d'avoir demandé à ses gardes du corps de tirer sur des supporters. Il était recherché par Interpol mais il n'était pas visé d'un mandat d'arrêt par la CPI contrairement à son frère Seif al Islam.

Le Niger avait accordé l'asile à Saadi Kadhafi pour raisons humanitaires, mais cela faisait deux ans et demi que Tripoli demandait son extradition. En février 2012, Saadi Kadhafi avait accordé - depuis le Niger - une interview à une chaîne de télévision dans laquelle il avait appelé les fidèles de l'ancien régime à résister, ce qui avait déclenché l'ire du gouvernement de transition libyen.

Décrisper les relations

Alors on ignore pour l'heure pourquoi le gouvernement nigérien a finalement décidé de livrer Saadi Kadhafi ; cette décision devrait décrisper les relations entre le Niger et la Libye, qui sont amenés à coopérer au niveau de la surveillance de leurs frontières dont la porosité facilite les mouvements des jihadistes implantés dans la région.

Cette situation inquiète énormément la communauté internationale réunie aujourd'hui précisément à Rome au sujet du chaos sécuritaire en Libye. Enfin, l'ancien avocat de Kadhafi, Nick Kaufman, joint par nos soins, estime que son ex-client n'est pas en sécurité en Libye. Il ajoute que rien n'indique qu'il aura droit à un procès juste et équitable.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.