Uranium: des progrès dans les négociations entre Areva et le Niger

Luc Oursel, patron d'Areva, le 24 février 2014 à Courbevoie.
© REUTERS/Jacky Naegelen

Le patron du groupe nucléaire français Areva a été reçu ce vendredi 7 mars à Niamey par le chef de l'Etat du Niger. Mahamadou Issoufou a reçu Luc Oursel, mais aussi Pierre Blayau, président du conseil de surveillance d'Areva, représentant de l'Etat français. Au centre de cette réunion de travail : les négociations entre l'Etat nigérien et la multinationale, concernant la signature d'un nouvel accord minier. Une étape présentée comme majeure par les deux parties dans des négociations qui durent depuis des mois.

La séance" de travail que le chef de l'Etat a eu le président du conseil de surveillance et le PDG d'Areva, nous a permis de faire des avancées significatives. Les négociations vont se poursuivre, mais nous nous sommes compris sur un certain nombre de points
Omar Hamidou Tchiana, ministre nigérien des Mines et du Développement industriel
08-03-2014 - Par Christine Muratet

Les négociations entre l'Etat du Niger et Areva seraient-elles entrées dans leur dernière ligne droite ? A entendre les deux parties, la réponse est oui. Tout le monde se veut optimiste. Après des rendez-vous très houleux ces derniers mois, l'ambiance fut studieuse et plus détendue ce vendredi, selon un participant à cette réunion de travail. Fait remarquable : la présence de Pierre Blayau, président du conseil de surveillance d'Areva.

Luc Oursel, président-directeur général du groupe Areva
08-03-2014 - Par Moussa Kaka

C'est la première fois que le représentant de l'Etat français au sein du groupe s'implique aussi directement dans une séance de travail, nous confirme une source nigérienne. Car au-delà de l'application de la nouvelle fiscalité, sur laquelle les autorités nigériennes ne veulent rien céder, il y a d'autres questions cruciales. Le Niger revendique notamment la présidence des deux sociétés minières d'Arlit, la Cominac et la Somaïr. Des propositions ont été faites par Paris, mais Niamey attend mieux.

Il y a aussi la réfection totale de la fameuse route de l'uranium Arlit-Tahoua. Areva estime que la facture des travaux est trop lourde. A sa sortie, le PDG du groupe a confirmé l'attachement d'Areva au Niger. Mais en échange du maintien des emplois et de l'ouverture d'Imouraren, Areva attend des concessions de la part de Niamey. Des concessions financières et fiscales toujours en négociations.

→ À (RE)LIRE : « Areva manque de transparence » dans les négociations