Republier
Centrafrique

Centrafrique: 6000 musulmans de Boda candidats à l’exil

A Bangui, des femmes et des enfants se cachent dans un container, en attendant d'être évacués vers la frontière camerounaise.
© REUTERS/Siegfried Modola

Les musulmans de Boda, à l’ouest de Bangui, s’apprêtent à quitter la ville. 6 000 des 11 000 musulmans que compte la ville se sont inscrits pour partir en convoi vers la capitale centrafricaine, puis vers l’étranger si possible.

Depuis le début du mois de février, la ville de Boda est le théâtre de heurts interreligieux. Aujourd’hui, la communauté musulmane de cette ville située à 150 km à l’ouest de Bangui ne se sent plus en sécurité. La Misca, qui protège la ville avec la force Sangaris, devait organiser un premier convoi samedi 8 mars, mais le départ a dû être retardé en raison de problèmes de sécurité, notamment à Bangui.

Les musulmans de Boda doivent gagner la capitale centrafricaine et souhaitent ensuite s’exiler vers le Cameroun et le Tchad. L’un d’eux, qui préfère garder l’anonymat, raconte :

« On va d’abord transiter par Bangui. Nous avions pensé dans un premier temps nous abriter à la mosquée centrale. On a essayé de contacter l’imam de Bangui, qui nous a répondu qu’il n’y avait aujourd’hui plus de place dans la mosquée. On se demande où on va habiter une fois arrivés à Bangui.

À Boda, on n’a plus d’abri, les maisons ont été détruites. Que peut-on y faire, avec qui ? On a tout perdu. On préfère aller s’exiler. On ne sait pas si on aura une vie meilleure. Mais ici, du jour au lendemain, on peut être tué, brûlé, cannibalisé. Mieux vaut aller vivre ailleurs que de rester ici. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.