Génocide au Rwanda: la perpétuité requise contre Pascal Simbikangwa

Dessin représentant l'accusé Pascal Simbikangwa lors de l'audience du 4 février 2014 à Paris.
© AFP PHOTO / BENOIT PEYRUCQ

L’avocat général de la cour d’assises de Paris a requis la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de Pascal Simbikangwa. L’ancien militaire rwandais est accusé de complicité de génocide et de crimes contre l’humanité. Le ministère public a demandé la requalification des charges, pour que l’accusé soit condamné en tant qu’auteur, et non comme simple complice.

C’est la peine la plus lourde qui a été requise contre l’accusé : la réclusion criminelle à perpétuité. L’accusation a bien conscience de requérir dans un procès historique qui fera date. Car c’est la première fois, en France, qu’une cour d’assises va statuer sur le chef d’accusation de « génocide ». Le ministère public a donc livré un réquisitoire de référence, en demandant la requalification des poursuites afin que Pascal Simbikangwa soit condamné comme auteur, et non comme complice, de crimes de génocide.

« Il encourageait les intentions génocidaires du régime »

« L’attitude de l’accusé s’apparente à l’évidence à celle d’un instigateur. Ses ordres directs de filtrer les Tutsis sur les barrières pour les éliminer, la distribution d’armes à feu, confirment que Pascal Simbikangwa était pleinement conscient des tueries et qu’il encourageait les intentions génocidaires du régime », martèle l’avocat général, Bruno Sturlese.

→ A (RE)LIRE : Génocide au Rwanda: un procès pour l'Histoire

« Pascal Simbikangwa, c’est tout sauf un petit », dit l’avocat général. Et, s’adressant à l’accusé, il lance : « Vous avez mis tout votre poids, votre influence, à plein temps au service de la machine génocidaire ». Pour l’avocat général, c’est là « une responsabilité que l’accusé refuse d’assumer. Jamais d’émotion, pas d’empathie. C’est dommage. » Pour l’accusation, « le crime de génocide ébranle les fondements mêmes de notre société et c’est pour cela qu’ils sont punis de la plus haute peine : la réclusion criminelle à perpétuité ».

Le procès se poursuit ce jeudi. Ce sera cette fois au tour de la défense de prendre la parole. La plaidoirie devrait s’appuyer sur une mise en cause de la fiabilité des témoins. Vendredi, les derniers mots seront pour l’accusé, avant les délibérations du jury et le verdict.

→ A (RE)LIRE : Procès en France lié au génocide rwandais: quelles implications politiques ?

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.