Les avocats de Pascal Simbikangwa démontent les témoignages à charge

Un avocat intervient devant la presse, dans le cadre du procès de Pascal Simbikangwa, le 4 février à Paris.
© REUTERS/Charles Platiau

La défense de Pascal Simbikangwa avait la parole, ce jeudi 13 mars, au lendemain du réquisitoire contre l'accusé. La réclusion à perpétuité a été requise mercredi par l'accusation contre l'ancien officier rwandais, jugé pour complicité de génocide et pour crimes contre l'humanité. Les avocats de Pascal Simbikangwa, Fabrice Epstein et Alexandra Bourgeot, ont joué leur va-tout en démontant, les uns après les autres, les témoignages à charge.

Fabrice Epstein fait le pari de ne s’adresser qu’aux jurés et pas au juge professionnel qui préside cette cour.

Droit dans les yeux, il leur dit : « Lorsque vous vous prononcerez sur la culpabilité de Pascal Simbikangwa, j’ai besoin de cinq noms pour l’acquitter ». La défense est persuadée que le président de la cour d’assises, Olivier Leurent, exigera une condamnation exemplaire, au nom de la France.

« Alors, prenez le contrôle. Je vous demande d’être mauvais élève, de résister aux pressions politiques car on vous instrumentalise, on vous demande de réécrire l’Histoire », dit Fabrice Epstein au juré.

Et pour convaincre, la défense pointe la grande faiblesse de l’accusation qui ne repose que sur des témoignages.

« Il y a un malaise dans ce dossier. Vous n’aurez jamais un vrai témoignage à décharge. Or, pour condamner, il faut des preuves constantes, éclatantes. En effet, à la cour d’assises, c’est oui ou c’est non et, si doute il y a, il doit toujours bénéficier à l’accusé », disent les avocats de Pascal Simbikangwa.

La défense de Pascal Simbikangwa a brillamment et avec fougue fait passer le message aux jurés.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.