La CEMAC en transit depuis deux mois entre Bangui et Libreville

Pierre Moussa, le président de la Commission de la Cémac, le 29 mars 2013
© capture d'écran présidence gabonaise / Youtube

Conséquences de la crise en Centrafrique : la commission de la CEMAC - la Communauté économique et monétaire d'Afrique Centrale - est toujours en transit entre Bangui et Libreville. En janvier, il a été décidé de délocaliser temporairement le siège de la commission au Gabon. Mais le transfert n'a pas encore pu avoir lieu, et les fonctionnaires et commissaires de l'organisation travaillent de manière éclatée entre les pays de la région.

C'est le 22 janvier que la CEMAC a officiellement décidé de se délocaliser, temporairement, à Libreville. La décision était à vrai dire déjà prise depuis plusieurs jours, lors du sommet de la CEEAC à Ndjamena, qui avait évoqué la question en coulisses. Deux mois plus tard, l'institution économique régionale est toujours en transit. En effet, la commission ne siège plus en Centrafrique, mais elle n'est pas encore installée au Gabon.

Chacun reste chez soi

« Les conditions de travail sont difficiles parce que nous ne sommes pas regroupés. Nous devons essayer de faire avancer les dossiers par internet ou par téléphone et, quand c'est nécessaire, organiser une réunion dans une grande ville de la région », explique un haut fonctionnaire de la CEMAC. « Pour le moment, chacun reste chez soi. Les Camerounais sont rentrés au Cameroun, les Tchadiens au Tchad. Et du coup, il est très difficile de travailler en équipe », dit un autre membre de l'organisation.

De son côté, le président de la commission de la CEMAC, Pierre Moussa, ne cache pas son impatience de sortir du transitoire. « Le gros du travail de la commission est assumé mais au prix d'une organisation extrême », a-t-il indiqué à RFI.

Nous souhaitons absolument et très rapidement rentrer en possession de nos locaux, officiellement affectés, pour qu’enfin le travail se fasse de façon rationnelle.

Pierre Moussa
18-03-2014 - Par Laurent Correau

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.