Republier
Burundi Justice

Burundi: de lourdes peines pour 48 militants de l'opposition

Des responsables de l'opposition comme Alexis Sinduhije du MSD figureraient parmi ces demandes d'extradition.
© AFP PHOTO/Esdras Ndikumana

La justice burundaise a condamné vendredi à des peines allant de deux ans de prison à la perpétuité 48 militants du MSD, un parti d'opposition. Ils sont accusés de « participation à un mouvement insurrectionnel ». Ces militants avaient été arrêtés le 8 mars après des affrontements violents avec la police.

« Une farce judiciaire », c'est ainsi que François Nyamoya, le secrétaire général du MSD a réagi à la décision du tribunal de grande instance de Bujumbura.

« C'est un procès politique », a abondé l'avocat de la défense, au micro de RFI. « Comment peut-on condamner des jeunes militants d'opposition à de la perpétuité, pour des affrontements qui n'ont fait aucun mort », s'insurge Maître Armel Niyongere. L'avocat dénonce en outre une violation de la procédure puisque deux mineurs ont été condamnés sans être présentés devant un juge pour enfant.

Etat insurrectionnel

Le 8 mars, des militants du MSD manifestaient contre les restrictions aux libertés civiles et politiques au Burundi. Un rassemblement qui a dégénéré et fait plusieurs dizaines de blessés après des combats violents avec les forces de l'ordre. Au cours de ces combats, des policiers ont été pris en otage au siège du parti.

Le parquet était injoignable vendredi pour réagir à la décision du tribunal. Mais mardi dernier, son réquisitoire était plus sévère encore. « Dur, très dur », estimait alors un magistrat qui y interprétait une volonté de faire un exemple.

Le président du MSD, Alexis Sinduhije, l'un des opposants les plus farouches au président Pierre Nkurunziza est quant à lui toujours en fuite. Et passible, lui aussi, de perpétuité pour organisation d'« une insurrection armée ». 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.