Republier
RCA

RCA: forte présence militaire dans les quartiers chauds de Bangui

Francisco Soriano, dirigeant de l'opération française Sangaris, le 5 février 2014 à Bangui.
© REUTERS/Siegfried Modola

Après quatre jours de heurts et d’affrontements, les miliciens anti-balaka sont restés chez eux. Des miliciens que la Misca - la force africaine - considèrent désormais comme « des ennemis » et qui seront traités « comme tels ». C'est le général Jean-Marie Michel Mokoko, patron de la Misca, qui l'a dit ce mercredi 26 mars sur RFI. En tout cas, la pluie a douché les ardeurs ainsi qu’un fort déploiement des forces internationales, à commencer par les soldats français de l’opération Sangaris particulièrement présents dans les quartiers chauds de la capitale.

Trois heures d’une pluie intense ! Voilà qui a douché les ardeurs des plus bouillants anti-balaka. Ce mercredi matin, il n’y avait plus aucune barricade dans les rues de Bangui, aucun milicien armé et presqu’aucun coup de feu. Le contraste était frappant avec la journée de mardi, quand les quartiers nord se sont embrasés. Au PK12, les quelque 3 000 musulmans encerclés par les anti-balaka respirent un peu, après le cauchemar vécu la veille, comme l’explique Abdel Afiz.

« Ils nous ont attaqués deux fois, hier matin et soir. La nuit, ils ont même lancé deux grenades. Il n’y a personne pour nous protéger. Malgré la présence des soldats de Sangaris et de la Misca, la sécurité n’est pas à 100%. »

Mais la météo n’explique pas tout. Après quatre jours d’affrontements qui ont vu les anti-balaka attaquer les forces internationales, la Misca et surtout la force Sangaris ont sorti les gros moyens. De Boy-Rabé à Miskine en passant par Combattants et Fou, dans ces quartiers, les soldats français ont patrouillé en grand nombre à bord de blindés légers et de chars Sagaie. Une démonstration de force destinée à impressionner et à dissuader les miliciens que la Misca désigne désormais comme ses ennemis.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.