Algérie: appel après la relaxe d’un caricaturiste - Afrique - RFI

 

  1. 16:10 TU Sessions d'information
  2. 16:30 TU Journal
  3. 16:33 TU Sessions d'information
  4. 16:40 TU L'Afrique sur les pas de Colette Berthoud
  5. 17:00 TU Journal
  6. 17:10 TU Sessions d'information
  7. 17:30 TU Journal
  8. 17:33 TU Sessions d'information
  9. 17:40 TU Orient hebdo
  10. 18:00 TU Journal
  11. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  12. 18:30 TU Journal
  13. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  14. 19:00 TU Journal
  15. 19:10 TU Musiques du monde
  16. 19:30 TU Journal
  17. 19:33 TU Musiques du monde
  18. 20:00 TU Journal
  19. 20:10 TU Les Concerts de RFI
  20. 21:00 TU Journal
  21. 21:10 TU Si loin si proche
  22. 21:30 TU Journal
  23. 21:33 TU Si loin si proche
  24. 22:00 TU Journal
  25. 22:10 TU Archives d'Afrique
  1. 16:00 TU Journal
  2. 16:10 TU Si loin si proche
  3. 16:30 TU Journal
  4. 16:33 TU Si loin si proche
  5. 17:00 TU Journal
  6. 17:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  7. 17:30 TU Journal
  8. 17:33 TU Sessions d'information
  9. 17:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  10. 18:00 TU Journal
  11. 18:10 TU Archives d'Afrique
  12. 18:30 TU Journal
  13. 18:40 TU Archives d'Afrique
  14. 19:00 TU Journal
  15. 19:10 TU LA DANSE DES MOTS 1
  16. 19:30 TU Journal
  17. 19:40 TU LA DANSE DES MOTS 2
  18. 20:00 TU Journal
  19. 20:10 TU Les Concerts de RFI
  20. 21:00 TU Journal
  21. 21:10 TU Orient hebdo
  22. 21:30 TU Journal
  23. 21:33 TU L'épopée des musiques noires
  24. 22:00 TU Journal
  25. 22:10 TU Archives d'Afrique
fermer

Afrique

Algérie

Algérie: appel après la relaxe d’un caricaturiste

media Le caricaturiste algérien Djamel Ghanem risque un nouveau procès suite à l’appel du parquet après sa relaxe. Getty Images/Oxford

En Algérie, le caricaturiste Djamel Ghanem n'en a pas fini avec la justice de son pays. La partie civile et le parquet d'Oran ont fait appel de sa relaxe prononcée le 11 mars 2014. Une décision qu’il ne comprend pas. Il a quitté son pays pour rejoindre la France où il a fait une demande d'asile.

Djamel Ghanem était poursuivi par son propre employeur pour « outrage au président de la République ». En cause un dessin jamais publié où il ironise sur l'état de santé fragile du président Abdelaziz Bouteflika, qui brigue un quatrième mandat. Suite à son procès, il avait été donc relaxé en première instance.

« Je suis très surpris et très choqué, très déçu. Je n’ai fait qu’un simple dessin sur la maladie du président. Je croyais que j’utilisais mon devoir constitutionnel à la liberté d’expression et le droit des lecteurs à l’information. Je ne m’attendais pas à ça », confie le caricaturiste.

Il est désormais officiellement réfugié en France et il ne souhaite plus retourner en Algérie, où il n’a aucun doute sur sa prochaine condamnation : « C’est une preuve, c’est une autre preuve, c’est une énième preuve que notre justice est injuste. D’ailleurs, je vais profiter pour demander officiellement la protection de la France. Je ne peux pas retourner en Algérie. Je sais qu’ils vont faire de moi un exemple. Je sais que je serai condamné. »

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.