Republier
RCA

RCA: nouvelle nuit de violences à Bangui

Un proche des victimes de la nuit dernière au quartier Fatima s’évanouit en arrivant à la morgue où sont disposés les corps, Bangui, le 28 mars 2014.
© RFI

Des tirs ont retenti cette nuit dans la capitale centrafricaine. Au moins 11 personnes ont été tuées et 6 autres blessées dans l’attaque d’une concession au quartier Fatima près de l’enclave musulmane du PK5. Les populations ce vendredi matin étaient en colère, à la fois contre les musulmans et la Misca, que la foule rend responsable de l’insécurité.

La foule du quartier Fatima est en colère contre la terre entière. Les Burundais de la Misca, les Français de Sangaris, les musulmans, la présidente de transition. Cette nuit vers 23h30, alors qu’une famille était réunie pour une veillée funèbre, des hommes armés ont jeté deux grenades dans la cour et tiré à la kalachnikov pendant quelques minutes avant de fuir.

Ce vendredi matin, le quartier était rassemblé dans la concession. Devant une foule en colère, le chef du quartier tente de raconter ce qu'il s’est passé : « Il y a six morts qu’on a comptés ce matin. Les autres, il y a eu des blessés qui ont succombé à l’hôpital. Donc, on a dénombré au total 11 morts, au moins 11 morts. »

« Nous, on est des Centrafricains. Ce que pour l’instant les musulmans font de notre pays, on en a assez. On a mal avec ça », crie un homme dans la foule.

Epilogue d’une semaine de violences

A la morgue de l’hôpital communautaire, des familles en pleurs sont venues déposer des corps. Cette femme en larmes a perdu ses proches : « J’ai perdu ma petite sœur et ses deux filles. Elle était enceinte, en plus. Elle a aussi perdu son enfant qui était dans son ventre. »

Beaucoup rendent Catherine Samba-Panza, la présidente de transition, responsable de cette insécurité : « La présidente, madame Samba-Panza, elle ne peut pas venir voir ça ? On souffre beaucoup. On tue les Centrafricains. »

Le drame du quartier Fatima est l’ultime épisode d’une semaine marquée par un regain de violence dans la capitale.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.