Accord en vue avec Areva au Niger

Le site d'exploitation d'uranium de Tamgak à Arlit (Niger), exploité par Areva, en septembre 2013.
© Reuters/Joe Penney

Après des mois de négociations l'Etat du Niger et le géant français du nucléaire Areva seraient proches d'un accord. Le ministre nigérien des Mines a annoncé hier samedi des avancées dans ces discussions pour renouveler les contrats d'exploitation de deux mines d'uranium.

Entre Areva et Niamey, tous les points de négociations ne sont pas en pas encore réglés. Devant le parlement hier, près de 200 personnes manifestaient à l'appel d'ONG pour dénoncer « le refus » du géant français du nucléaire de se soumettre à la loi minière de 2006 qui prévoit l'augmentation de la taxe sur le minerai et la fin de certaines exonérations fiscales.

Un « partenariat déséquilibré »

Peu après, devant les députés, le ministre des Mines déplorait lui aussi des retombées insuffisantes dans l'exploitation de l'uranium. « … Les recettes cumulées tirées de l’uranium au cours de 44 années de production sont de l’ordre de 660 milliards de francs CFA, l’équivalent d’environ un milliard d’euros, soit une moyenne annuelle de 15 milliards de nos francs. Cela représente autour de 6,5% de nos recettes budgétaires d’où le sentiment que nous avons d’un partenariat déséquilibré » expliquait Oumarou Hamidou Tchiana à la représentation nationale.

→ à (re)lire: Pour Paris, les demandes de Niamey dans le dossier Areva « sont légitimes »

Pour autant dans son intervention retransmise en direct par les médias nationaux, le ministre des Mines assure que les négociations, initiées en janvier 2013 avec Arera, sont en passe d'aboutir. « Nous avons progressé, nous sommes très proches d’un accord satisfaisant et nous l’espérons aussi pour nos partenaires car on dit qu’un bon accord est celui où les deux parties pensent avoir gagné » ajoutait Oumarou Hamidou Tchiana.

Areva exploite l'uranium nigérien depuis près de quarante ans. Une fois signés, ces nouveaux contrats seront valables pour les dix années à venir.