Republier
Rwanda

Rwanda: à Ntarama, 20 ans de souvenirs entre victimes et bourreaux

L’église de Ntarama, où près de cinq mille réfugiés tutsi ont été massacrés le 15 avril 1994.
© RFI/N.Champeaux

RFI vous propose une série d’articles sur le Rwanda à l’approche des commémorations du vingtième anniversaire du génocide des Tutsi. Le premier volet se penche sur l’un des six mémoriaux nationaux du pays, dans le district du Bugesera dans le sud-est du pays. Plusieurs milliers de Tutsi, dont de nombreuses femmes et des enfants, s’étaient réfugiés dans l’église de Ntarama au tout début du génocide. Une semaine plus tard, ils ont tous été massacrés en une seule journée, le 15 avril 1994. Les génocidaires, qui sont associés aux commémorations, prennent parfois la parole dans ce mémorial à une heure de route au sud-est de Kigali. Leur pardon n’est pas toujours sincère.

De notre envoyé spécial à Ntarama

C’est une petite église de briques rouges entourée de bananeraies au bord d’une piste. Les jardinières sont manucurées, les acacias et les eucalyptus participent à l’étrangeté d’un lieu à la fois bucolique et macabre. A l’intérieur de l’église, Stanley, le guide, désigne les alignements sans fin de crânes, de fémurs et de clavicules sur les étagères métalliques.

Les vêtements poussiéreux des victimes pendent aux poutres et tapissent les murs de l’église où sont également conservés les effets des réfugiés massacrés : sacs de haricots, cahiers d’écoliers, stylos Bic, et chapelets. « Il y a dans ce pays quelques négationnistes. Ils prétendent qu’il n’y a jamais eu de génocide au Rwanda. Mais après avoir vu tous les crânes dans notre mémorial et dans d’autres, il est impossible de nier le génocide », explique le guide dont toute la famille a été emportée dans les massacres de 1994.

Tout autour de l’église, des fanions gris et blancs ont été tendus sur les grillages en vue des commémorations. Le gris évoque la cendre, le blanc, la nouvelle vie des Rwandais réconciliés. « Nous avons pardonné », explique Séraphine, unique survivante d’une famille de neuf enfants. «  Les mémoriaux s’adressent aux étrangers, ils sont un lieu de recueillement pour les rescapés, mais ils s’adressent aussi aux bourreaux, et j’espère que les génocidaires se rendent compte de ce qu’ils ont fait lorsqu’ils viennent visiter les mémoriaux, et qu’ils se disent : plus jamais ça », explique cette femme de 58 ans au regard triste et doux, avant d’ajouter : « On leur avait vraiment appris à détester les Tutsi, donc moi je pense qu’il faut bannir le concept d’ethnies du Rwanda. » Et de conclure, désignant l’église : « Les ethnies ne nous ont servi à rien, à part nous mener à ce que vous avez vu dans le mémorial. »

Amina, témoin du massacre de l’église de Ntarama, partage comme beaucoup d’autres ce point de vue, même si l’armée, les milices extrémistes interahamwe et ses propres voisins ont tué tous les siens. Sa vaste maison est logée dans la bananeraie qui jouxte l’église. Elle s’est enfuie lorsqu’elle a entendu les grenades et les premiers coups de feu, et a tout vu, de sa cachette dans les papyrus : « quand ils coupaient les crânes à la machette, ça faisait le même bruit que les courges qu’on me demandait de couper à la hache quand j’étais enfant », se souvient-elle. Amina, dont les yeux rient même quand elle décrit la folie meurtrière du génocide, dit apprécier les prises de paroles des bourreaux dans les mémoriaux, mais elle grimace lorsqu’elle apprend que l’on prend congé pour rendre visite à Stanislas Kagwendéri, l’ancien cadre administratif qui, elle en est sûre, a tué son beau-frère.

L’homme, au regard de fou, se comporte en caïd dans le quartier qu’il a retrouvé après sept années de prison, à quelques kilomètres de piste du mémorial de Ntarama. Il a demandé pardon en public, mais avec nous, son discours est truffé de contradictions, et il nie avoir jamais porté un seul coup.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.