L’Afrique du Sud est-elle en train de perdre sa lutte contre le sida?

Test de dépistage du VIH.
© Getty Images/Medic Image/Universal Images Group

En Afrique du Sud, de nouvelles statistiques publiées le mardi 1er avril 2014, indiquent qu’il y a eu augmentation des nouvelles infections entre 2008 et 2012, ce malgré un important programme de lutte contre le VIH-sida. En 2012, quelque 6,4 millions de Sud-Africains, soit 12% de la population, étaient séropositifs.

Les statistiques sont peu encourageantes : 469 000 nouveaux cas de VIH sur la seule année 2012. Selon cette dernière étude, les femmes entre 20 et 35 ans sont les plus touchées, 64% des hommes infectés ne le savent pas et l’utilisation du préservatif est en baisse.

Pour le ministre de la Santé, Aaron Motsoaledi, les Sud-Africains ont clairement baissé la garde : « Quand nous avons lancé notre programme de distribution d’antirétroviraux, notamment des antirétroviraux combinés en une seule pilule, les gens ont trouvé ça plus facile et vivent plus longtemps. Et du coup, ils se disent le VIH-sida n’est plus un problème et ils baissent la garde ».

A (RE)LIRE : Sida: l'Afrique du Sud lance des médicaments antirétroviraux à prix record

En effet, le gouvernement sud-africain a déployé le plus grand programme de distribution d’antirétroviraux au monde qui concerne 2,4 millions de personnes. Autre succès : un programme de prévention de transmission de la mère à l'enfant qui a permis de faire baisser le taux d'infection chez les bébés de 2% à 1,3%.

Mais pour les acteurs de la santé, cette nouvelle étude montre qu’il est temps de revoir les priorités, notamment la prévention chez les jeunes et les femmes.