Attentat contre l’avion d’Habyarimana: les méandres de l’enquête

Le juge antiterroriste français Marc Trévidic (photo).
© AFP / Fred dufour

L'attentat contre l'avion du président Habyarimana est l'élément déclencheur des massacres. Ce 6 avril 94, alors que la nuit tombe, le falcon présidentiel de retour de Tanzanie entame sa descente. A bord se trouvent les chefs d'Etat du Rwanda, Juvénal Habyarimana, et du Burundi, Cyprien Ntaryamira, ainsi que des officiels. Deux missiles touchent l'avion. Depuis 20 ans, différentes procédures judiciaires se sont engagées mais aucune n'a permis d'établir toutes les responsabilités dans cet attentat.

Dès mai 94, une première enquête internationale est lancée par les Nations unies. Les Casques bleus présents à Kigali récupèrent notamment la boîte noire de l'avion. Au final, cette procédure n'aboutira pas. La justice française prend alors le relais.

Le juge Jean-Louis Bruguière entame une longue enquête suite à la plainte déposée par les familles de l'équipage français du Falcon.

Le magistrat ne va pas sur le terrain et monte son dossier en questionnant d'anciens combattants du Front patriotique rwandais du général Kagame, l'actuel président. Pour le juge, les missiles ont été tirés de la colline de Masaka, tenue par le FPR. En novembre 2006, il lance des mandats d'arrêts contre neuf proches de Paul Kagame. Les relations entre Kigali et Paris se glacent.

En 2007, le juge Trévidic reprend le dossier à zéro et change de méthode en se rendant au Rwanda. Accompagné d'accousticiens et de balisticiens, il détermine dans son rapport, publié en 2012, que les missiles ont été tirés de la colline de Kanombé, occupée en 1994 par les Forces armées rwandaisees (FAR) du régime Habyarimana. Mais le juge français, s'il indique l'origine des tirs, se refuse à toutes conclusions sur les auteurs de l'attentat. Marc Trévidic devrait normalement conclure cette instruction ouverte en 1998... l'été prochain.

→ A (RE)LIRE: Le génocide rwandais en procès

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.