Burkina Faso: réuni en congrès, le MPP affiche ses ambitions

Roch Marc Christian, président du MPP, a annoncé sa volonté de battre le président Blaise Compaoré lors des prochaines élections.
© RFI / Yaya Boudani

Le Mouvement du peuple pour le progrès a tenu son premier congrès ce week-end à Ouagadougou. Le nouveau parti s’est doté d’un bureau exécutif national, des textes réglementaires et d’un programme politique. Ce premier congrès a été clôturé dans un stade de la capitale. Une première au Burkina Faso.

La mobilisation des militants et sympathisants du Mouvement du peuple pour le progrès dépassait les 15 000 places assises du stade municipal de Ouagadougou. La clôture de ce premier congrès du MPP, créé par les anciens cadres du parti au pouvoir, avait pour but de présenter le nouveau bureau exécutif national, mais surtout les grandes lignes de son programme politique.

« C’est un programme social démocrate qui mettra en place une nouvelle gouvernance. Personne ne pourra rester encore dix ans au pouvoir dans ce pays avec le MPP », a prévenu Salif Diallo, premier vice-président, chargé de l’orientation politique du MPP.

Avec la mobilisation de leurs militants, les fusions et alliances avec d’autres partis politiques de l’opposition, le Mouvement du peuple pour le progrès est déjà en campagne électorale pour la conquête du pouvoir. « Le combat que nous avons engagé depuis le 4 janvier 2014 ne s’arrêtera que lorsque nous aurons participé aux élections en 2015 et que nous les aurons remportées sans faille », a annoncé Roch Marc Christian, président du parti.

Comme chaque sortie, les responsables du Mouvement du peuple pour le progrès ont réaffirmé leur opposition à une révision de l’article 37 de la Constitution et à la mise en place d’un Sénat au Burkina Faso.