Republier
Ouganda

Traque de Joseph Kony en Ouganda: retrait des renforts américains

Joseph Kony au Sud-Soudan en 2008.
© REUTERS/Africa24 Media

Washington a envoyé, il y a quelques semaines, des renforts en Ouganda pour tenter d’accélérer la traque contre Joseph Kony, leader de la LRA (Armée de résistance du seigneur), recherché par la CPI depuis 2005. Le séjour sur place de ces renforts américains se termine. Le général David Rodriguez, responsable de l’Afrique au ministère américain de la Défense estime que la mission a été remplie et que l’Armée de résistance du Seigneur est affaiblie.  

Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

Washington avait annoncé le 24 mars l'envoi en Ouganda de renforts en hommes et transports aériens pour tenter d'accèlerer la traque du chef de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), Joseph Kony, recherché depuis 2005 par la Cour pénale internationale (CPI) et par les Etats-Unis.

Quatre avions de transport et 150 hommes du corps des forces spéciales sont venus porter assistance à la mission de l’Union africaine et des troupes ougandaises.

Le séjour sur place de ces renforts américains se termine ces jours-ci. Le général David Rodriguez, responsable de l’Afrique au ministère américain de la Défense estime que la mission a été remplie et que l’Armée de résistance du Seigneur est affaiblie.

Le général Rodriguez assure par ailleurs que les forces spéciales basées dans la corne de l’Afrique, peuvent revenir à tout moment dans la zone de recherche de Joseph Kony, dont la tête est toujours mise à pris pour 5 millions de dollars aux Etats-Unis.

« Notre force d’appui a juste commencé à se retirer. Le plus grand souci pour la force de l’Union africaine est un manque de mobilité pour se mettre à la poursuite de Kony et ses lieutenants. Donc, nous allons continuer à les aider ainsi qu’ils nous l’ont demandé. Concernant la LRA en elle-même, c’est un succès car les désertions sont de plus en plus nombreuses, et ce mouvement de défection s’amplifie. Nous troupes s’en vont, mais en fonction des renseignements que nous fournira la force de l’Union africaine, et des développements sur le terrain, nous reviendrons des qu’on aura besoin de nous », a déclaré ce mardi le général Rodriguez.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.