Burundi: de possibles livraisons d'armes à la jeunesse du CNDD-FDD - Afrique - RFI

 

  1. 16:33 TU Radio foot internationale
  2. 17:00 TU Journal
  3. 17:10 TU Sessions d'information
  4. 17:30 TU Journal
  5. 17:33 TU Sessions d'information
  6. 17:40 TU Accents d'Europe
  7. 18:00 TU Journal
  8. 18:10 TU Décryptage
  9. 18:30 TU Journal
  10. 18:33 TU Sessions d'information
  11. 18:40 TU Débat du jour
  12. 19:00 TU Journal
  13. 19:10 TU Grand reportage
  14. 19:30 TU Journal
  15. 19:40 TU Sessions d'information
  16. 20:00 TU Journal
  17. 20:10 TU La bande passante
  18. 20:30 TU Journal
  19. 20:33 TU La bande passante
  20. 21:00 TU Journal
  21. 21:10 TU Couleurs tropicales
  22. 21:30 TU Journal
  23. 21:33 TU Couleurs tropicales
  24. 22:00 TU Sessions d'information
  25. 22:30 TU Sessions d'information
  1. 16:33 TU Couleurs tropicales
  2. 17:00 TU Journal
  3. 17:10 TU Sessions d'information
  4. 17:30 TU Journal
  5. 17:33 TU Sessions d'information
  6. 17:40 TU Accents d'Europe
  7. 18:00 TU Journal
  8. 18:10 TU Grand reportage
  9. 18:30 TU Sessions d'information
  10. 19:00 TU Journal
  11. 19:10 TU Décryptage
  12. 19:30 TU Journal
  13. 19:40 TU Débat du jour
  14. 20:00 TU Journal
  15. 20:10 TU La bande passante
  16. 20:30 TU Journal
  17. 20:33 TU La bande passante
  18. 21:00 TU Journal
  19. 21:10 TU Radio foot internationale
  20. 21:30 TU Journal
  21. 21:33 TU Radio foot internationale
  22. 22:00 TU Sessions d'information
  23. 22:30 TU Sessions d'information
  24. 23:00 TU Journal
  25. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
Urgent

■ Émission spéciale sur RFI de 17h (TU) à 19h (TU).
■ La diffusion des programmes de RFI et de la radio nationale en FM a été interrompue à Ouagadougou.
■ L’aéroport de Ouagadougou est fermé. Tous les vols au départ ou à l’arrivée de la capitale bukinabè sont annulés.
■ Le frère du président, François Compaoré a été arrêté à l’aéroport.
■ Les combats se poursuivent devant le palais présidentiel.
■ Un homme a été tué par balles, ont indiqué plusieurs sources.
■ La mairie et le siège du parti au pouvoir ont été incendiés à Bobo Dioulasso, deuxième ville du pays.

fermer

Afrique

Burundi ONU

Burundi: de possibles livraisons d'armes à la jeunesse du CNDD-FDD

media Le président burundais, Pierre Nkurunziza, à l'Assemblée nationale, à Paris, le 12 mars 2013. AFP/Pierre Andrieu

Les Nations unies se sont mobilisées, ces derniers jours, suite à des informations faisant état d’un armement et d'un entrainement de la jeunesse du CNDD-FDD, le parti au pouvoir au Burundi.

Selon ces informations, jugées crédibles par l'ONU, des armes et des uniformes auraient été distribués en janvier et en février derniers. Des inquiétudes confirmées lors du point de presse hebdomadaire du porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

C'est le sous-secrétaire général chargé des affaires politiques, Jeffrey Feltman, qui a informé le Conseil de sécurité, le 8 avril dernier, évoquant des rapports récents faisant état de « l'armement et de l'entrainement de la jeunesse du parti au pouvoir, Imbonerakure ». L'un de ces rapports récents, c'est un document confidentiel daté du 3 avril adressé aux départements des affaires politiques et du maintien de la paix de l'ONU, ainsi qu'aux envoyés spéciaux pour la région des Grands Lacs des Nations unies et des Etats-Unis.

Un document qui avait fuité et dont RFI a pu confirmer l'authenticité. Selon ce texte, accessible en bas de cet article, des informateurs jugés crédibles ont fait état de la disparition des stocks de l'armée et de la police de quelque 500 uniformes et de distributions d'armes dans plusieurs provinces du pays. L'ONU, dans cette note, s'inquiétait également de la diffusion de messages à la radio, appelant la population à se tenir « prête ». Des informations qui ont préoccupé le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. Ce dernier a multiplié les démarches, comme l'a expliqué lors du point de presse quotidien à New York son porte-parole Stephane Dujarric.

Ban Ki-moon a notamment contacté le président burundais, Pierre Nkurunziza, mais aussi son premier vice-président. C'était en marge des commémorations du génocide rwandais, le week-end dernier. Le secrétaire général de l'ONU en a également parlé avec des chefs d'Etat de la région, le Sud-Africain Jacob Zuma et le Tanzanien Jakaya Kikwete. Et par ailleurs, Ban Ki-moon a décidé d'envoyer Adama Dieng, son conseiller spécial chargé de la prévention des génocides, pour un séjour d'une durée non déterminée à Bujumbura.

Démenti des autorités burundaises

Du coté des autorités du Burundi, on parle de fausses accusations. Le porte-parole adjoint du président, Pierre Nkurunziza, dément catégoriquement. Pour Willy Nyamitwé, ces informations n'ont pas été vérifiées.

« C’est faux et archi faux. Le pouvoir de Bujumbura ne peut pas cautionner une distribution d’armes dans le pays parce que l’heure est au désarmement et il y a environ 100 000 armes qui ont été récupérées de la population. Et la population les remet par sa propre volonté. On ne peut pas, en même temps, retirer les armes de la population civile et, par une autre porte, les renvoyer à la population. Cela n’est pas possible. Donc, ce document qui est en circulation, c’est un document qui s’appuye sur des faits non fondés, non vérifiés », a déclaré le porte-parole du président.

« Nous demandons aux Nations unies de revisiter leurs sources, de s’appuyer sur des faits concrets sur le terrain. Nous pensons que c’est peut-être le fait d’individus qui seraient animés par des intérêts sectaires », a ajouté Willy Nyamitwé.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.