Republier
Afrique du Sud

Procès Pistorius: interrogatoire musclé du procureur Gerrie Nel

Interrogatoire du procureur Gerrie Nel lors du procès d'Oscar Pistorius, le 9 avril 2014.
© REUTERS/Siphiwe Sibeko

Après avoir répondu pendant deux jours aux questions de son avocat, Oscar Pistorius doit maintenant faire face au procureur Gerrie Nel, réputé pour sa pugnacité. Ce dernier est entré ce mercredi 9 avril tout de suite dans le vif du sujet en questionnant Oscar Pistorius sur ses intentions au moment d’appuyer sur la gâchette. Le procureur est même allé jusqu’à présenter des photos du corps, sans vie, de Reeva Steenkamp devant la Cour provoquant un nouveau malaise d’Oscar Pistorius.

L’accusation veut toujours prouver que la mort de Reeva Steenkamp est le résultat d’un meurtre prémédité. Oscar Pistorius chancelant, et toujours aussi émotif, s’en est tenu tant bien que mal à la version de l’accident.

Le procureur Gerrie Nel est surnommé « le bulldog » en Afrique du Sud. Frontal, agressif, il a cherché à confronter Oscar Pistorius à ses actes, dès le début de son interrogatoire.

Le procureur : Vous avez tué une personne c'est bien ça..? Demande le procureur.

Pistorius : J'ai fait une erreur.

Procureur : Vous avez tué Reeva Steenkamp. C’’est ça que vous avez fait.

Pistorius : J'ai fait une erreur.

Procureur : Quelle erreur ? Vous l’avez tuée ! Vous avez tiré et vous l'avez tuée ! Pourquoi ne prenez-vous pas vos responsabilités ?

Le procureur s’est ensuite concentré sur les intentions d’Oscar Pistorius au moment de tirer sur la porte de la salle de bain derrière laquelle se trouvait sa petite amie. Alors que le sportif continue de clamer qu’il s’agissait d’un accident, le procureur insiste.

Procureur : Avez-vous tiré sur ce supposé « cambrioleur » avec la volonté de tuer ?

Pistorius : A ce moment, je croyais que quelqu’un allait (sortir des toilettes pour) m’attaquer. J’ai eu peur, je n’ai pas réfléchi avant de vider mon arme.

A fleur de peau, Oscar Pistorius s’est à nouveau effondré durant l’audience, mais ses larmes n’ont pas ému le procureur.

Pistorius (larmoyant) : Ma vie est en jeu ; je pèse chaque mot que je prononce devant vous.

Procureur (énervé) : Mais Reeva est morte à cause de ce que vous avez fait. Donc, s’il vous plait, écoutez mes questions et dites-nous la vérité au lieu de penser aux conséquences pour VOUS !

Ce contre-interrogatoire musclé pourrait durer plusieurs jours.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.