Republier
Burundi ONU

Burundi: Pierre Nkurunziza a rencontré les jeunes Imbonerakure

Le président Pierre Nkurunziza a rencontré la ligue des jeunes du CNDD-FDD, ce samedi 19 avril.
© AFP/ROBERTO SCHMIDT

Une semaine après la publication de la note interne des Nations unies sur de possibles livraisons d’armes aux Imbonerakure, la ligue des jeunes du parti au pouvoir, le trouble et la tension ne sont pas retombés au Burundi. A la surprise générale, le chef de l’Etat vient de rencontrer officiellement les responsables de ce mouvement.

C’est une première qui risque relancer le débat dans le pays, une semaine après que la note interne des Nations unies a fuité dans la presse. Samedi, le président Pierre Nkurunziza a rencontré dans sa province natale Ngozi, tout au nord du Burundi, les leaders nationaux et provinciaux des Imbonerakure, du nom des membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir, le CNDD-FDD.

→ A (RE)LIRE : Burundi: le possible armement des jeunes du parti au pouvoir inquiète

Selon plusieurs médias privés burundais, Pierre Nkurunziza voulait leur prodiguer des conseils pour qu’ils changent de comportement. Mais le porte-parole du président burundais, Léonidas Hatungimana, a expliqué à RFI que Pierre Nkurunziza a participé à cette rencontre en tant président du Conseil des sages, le principal organe de direction du parti CNDD-FDD. Il renvoie donc pour toute information au parti présidentiel, dont aucun des responsables ne pouvait être joint samedi soir.

→ A (RE)LIRE : Burundi: bras de fer entre les autorités et l'ONU

Cette rencontre du chef de l’Etat avec les leaders des Imbonerakure devrait alimenter encore un peu plus la polémique au Burundi. C’est en effet ce groupe qui aurait bénéficié des distributions d’armes dénoncées par la note interne des Nations unies. La société burundaise semble aujourd’hui plus divisée que jamais entre, d’un côté, le pouvoir et ses alliés qui crient au complot et, de l’autre, l’opposition, la société civile et les médias privés, qui tirent la sonnette d’alarme. Prise en tenaille entre les deux, la population burundaise craint le pire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.