Republier
RCA

Centrafrique: opération de relocalisation des musulmans du PK12

L'opération de regroupement a été dénoncée par Antoinette Montaigne, ministre en charge de la Réconciliation.
© RFI/Olivier Rogez

Cette opération est la première en République centrafricaine (RCA) depuis que les anti-balaka ont déclaré la guerre aux musulmans. Une équipe du Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) ainsi que plusieurs acteurs humanitaires ont commencé, ce lundi 21 avril, à regrouper des déplacés sur un site à Bambari, à environ 400 kilomètres au nord-est de Bangui, la capitale. C'est une opération qui ne concerne, pour l'instant, que quelque 93 personnes déplacées. Dans le passé, les musulmans qui tentaient d'échapper aux violences se réfugiaient dans les pays voisins, notamment au Tchad et au Cameroun.

Il s’agit d’une opération pilote, appelée à se généraliser en territoire centrafricain. C'est le souhait des organisateurs de ce regroupement à Bambari. Mais pour Josep Zapater, coordinateur au HCR, il n'est pas question de fixer définitivement à Bambari ces populations :

« Il y a des mesures d’assistance, d’hébergement et des protections pour ces populations que nous prenons en charge car, comme vous le savez, les autorités et l’Etat se trouvent en situation de faiblesse et en manque de ressources. Nous allons donc soutenir tous ces efforts pour que la population ne soit pas une charge, ni pour la population locale ni pour les autorités locales, ce qui ne veut pas dire qu'on cherche à fixer la population dans le long terme», explique Josep Zapater.

Une opération de regroupement dénoncée par Antoinette Montaigne, ministre en charge de la Réconciliation. Elle aurait préféré être associée à la décision. « J'ai beau être membre du gouvernement, personne ne m'a contactée en tant que ministre de la Réconciliation pour voir ce que je peux faire. Nous, nous constatons simplement que la communauté internationale déplace les populations musulmanes tantôt à l’extérieur du pays, tantôt à l’intérieur du pays, constituant de facto les prémices de la division alléguées de notre pays », a déclaré la ministre.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), le pays compte quelque 650 000 déplacés depuis le début de la crise.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.