Burkina Faso: les opérateurs de téléphonie mobile de nouveau sanctionnés

Au Burkina Faso, l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) vient de sanctionner pour la deuxième fois les opérateurs de téléphonie mobile.
© Getty Images/Per-Anders Pettersson

Au Burkina Faso, l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) vient de sanctionner pour la deuxième fois les opérateurs de téléphonie mobile. Les trois opérateurs en activité dans le pays doivent verser à l’Etat plus de cinq milliards de francs CFA pour manquement aux cahiers de charges.

L’autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) reproche aux trois opérateurs de téléphonie mobile une insuffisance dans le respect du cahier des charges. Les trois opérateurs en activité au Burkina Faso doivent verser dans les caisses de l’Etat un peu plus de cinq milliards de francs CFA, soit près de huit millions d’euros.

Airtel, Telmob et Telecel Faso ont été sanctionnées parce que de nombreux consommateurs sont victimes de la mauvaise qualité des communications dans les localités et sur les axes routiers. En outre, le taux de couverture des villes et des localités n’est pas respecté conformément au cahier des charges.

Ces sanctions pécuniaires constituent la deuxième phase de la procédure de sanctions entreprise par l’ARCEP. Mais « la procédure des sanctions pécuniaires est épuisée », prévient Mathurin Bako, le président de l’autorité de régulation des communications électroniques.

Si dans trois mois, les opérateurs de téléphonie mobile n’améliorent pas la qualité de leurs services, l’ARCEP passera à la troisième phase des sanctions. Trois cas de figure sont alors envisagés : la suspension de la licence, la réduction de sa durée pour un an, ou son retrait pur et simple.