RCA: le gouvernement demande des comptes à l’ONU devant la presse

La ministre centrafricaine de la Réconciliation, Antoinette Montaigne.
© REUTERS/Siegfried Modola

En RCA, la ministre de la Réconciliation, Antoinette Montaigne a tenu à obtenir auprès des agences de l'ONU des explications sur la relocalisation des musulmans du quartier du PK12 de Bangui. Une centaine a déjà été évacuée dans la ville de Bambari, lundi. Une mise au point qui s'est déroulée devant la presse.

Les responsables des agences onusiennes s’attendaient à une réunion de travail à huis clos avec la ministre de la Réconciliation, Antoinette Montaigne. Mais c’est en présence de la presse que des représentantes du HCR et de l’OIM ont été invitées à s’expliquer sur le déplacement des populations musulmanes du PK12 vers Bombari.

A (RE)LIRE : RCA: premières évacuations des musulmans du PK12 de Bangui

La ministre a une nouvelle fois regretté de ne pas avoir été consultée sur le sujet. Mais pour la représentante du HCR à Bangui, le gouvernement avait été informé en haut lieu de ce départ et surtout la priorité reste la sécurité des personnes.

La ministre a dit comprendre l’indispensable besoin de protection des populations à risque, mais craint que leur relocalisation dans des villes de l’Est ou du Nord ne favorise la partition du pays. Antoinette Montaigne croit plus à un rétablissement de la sécurité à Bangui, grâce à un effort sur le désarmement et un appui plus fort de la communauté internationale, sur les actions menées en faveur de la réconciliation.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.