Republier
Justice Rwanda

Rwanda: la défense de Kizito Mihigo contre-attaque

Kizito Mihigo s'adresse aux médias à Kigali, le 15 avril 2014, après l'annonce de son arrestation la veille.
© AFP PHOTO/STEPHANIE AGLIETTI

Au second jour des audiences, et contrairement à ce qui s'était passé jusqu'alors, le chanteur rwandais Kizito Mihigo a été défendu par ses avocats. L’artiste est notamment accusé, aux côtés de trois autres personnes, d’« atteinte à la sûreté de l’Etat », de « terrorisme » et de « trahison ».

Entouré de ses avocats, Kizito Mihigo est apparu concentré, notant chaque échange le concernant. « J’accepte les accusations, a-t-il répété. Mais que les choses soient claires, j’ai fait ces crimes lors de conversations. Je n’ai ni acheté de grenades, ni donné de l’argent ».

Kizito Mihigo s’est par ailleurs étonné que le procureur n’ait pas mentionné dans son dossier un message dans lequel il demandait à son interlocuteur, Sankara, un membre de l’opposition de ne plus le contacter.

Et pour la défense de Monsieur Mihigo, des discussions sans conséquence ne peuvent être considérées comme un crime. « Est-ce qu’il y a eu une guerre au Rwanda ? Est-ce que le président a été tué ? », a argué maître John Bigarama. « C’est seulement dans la bible que des pensées peuvent être des crimes », a-t-il poursuivi.

A (RE)LIRE : Rwanda: diffusion d’une nouvelle confession du chanteur Kizito Mihigo

« Kizito Mihigo ne doit pas seulement obtenir une liberté conditionnelle, il doit être libéré sur le champ », a finalement lancé l’avocat, provoquant quelques discrets éclats de rire dans l’assemblée installée sur des bancs à côté d’enceintes à l’extérieur du tribunal.

De son côté, le parquet a réclamé le maintien en détention du chanteur et de ses co-accusés pendant toute la durée de l’enquête, estimant qu’ils avaient avoué leurs crimes. La cour devrait rendre sa décision lundi.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.