Centrafrique: attaque sanglante contre des locaux de MSF

Médecins sans frontières compte 2300 employés en Centrafrique.
© REUTERS/Andreea Campeanu

Au moins 22 personnes, dont trois employés locaux de Médecins sans frontières, ont été tuées dans une attaque commise samedi à Nanga Boguila, à environ 450 km au nord de Bangui. Les hommes armés s'en sont pris à un hôpital où étaient rassemblés plusieurs notables et les humanitaires.

Selon nos premières informations, des hommes armés ont attaqué le centre médical de MSF dans la localité de Nanga Boguila. Ces hommes, soupçonnés d'être des membres de l'ex-Seleka, voulaient piller les locaux, d'après un responsable cité par l'agence Reuters. Au moment de l'attaque, les personnels de Médecins sans frontière tenaient une réunion avec les autorités locales et les leaders communautaires. Seize d'entre eux ont été tués, ainsi que trois personnels de l'ONG.

À Bangui, les responsables de MSF sont sous le choc. Depuis quelques semaines, les braquages et incidents armés visant les humanitaires se multiplient en Centrafrique. Début mars, un collaborateur du Comité international de la Croix-Rouge était tué par des hommes armés dans la ville de Ndélé.

MSF, toutes sections confondues, est une ONG particulièrement exposée aux risques. Présente dans une quinzaine de localités, elle compte 2 300 employés en RCA, dont 300 étrangers. Un responsable de l'ONG confiait ce dimanche que le drame de Nanga Boguila aurait des conséquences sur le travail des employés de l'organisation.

Témoignage de Sylvain Dofone, ancien député de la Nanga Boguila
28-04-2014 - Par Laurent Correau