Republier
Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire: levée de l’embargo sur les exportations de diamants

La levée de l'embargo sur les exportations ivoiriennes de diamants pourrait permettre au gouvernement ivoirien de reprendre le contrôle des diamants.
© (Photo : Sylvain Savolainen)

Le Conseil de sécurité des Nations unies a décidé, lundi 28 avril, de lever l'embargo sur les exportations ivoiriennes de diamants. Cet embargo était en vigueur depuis 2005 alors que Laurent Gbabgo était à la présidence de la République et que le pays était plongé dans une grave crise politique. Mais aujourd'hui, la situation s'est normalisée.

En autorisant de nouveau les exportations de diamants ivoiriens, le Conseil de sécurité des Nations unies ne fait que suivre les recommandations des experts du processus de Kimberley. Ces derniers s'étaient prononcés en ce sens, au mois de novembre dernier.

Ils avaient constaté les efforts faits, par le gouvernement ivoirien, pour normaliser l'exploitation des mines de diamants. Un système permettant de suivre le parcours des diamants de la mine jusqu'aux intermédiaires a été mis en place. Les exploitants sont identifiés et les collecteurs également.

Pourtant, selon le dernier rapport du groupe des experts de l'ONU sur la Côte d'Ivoire, tout n'est pas encore parfait, très loin de là. Malgré l'embargo, les diamants ivoiriens continuent à sortir en masse vers les marchés mondiaux.

Ce trafic est aux mains des anciens commandants de la zone de production de Séguéla, au nord du pays, et l'exportation est du ressort de trafiquants maliens. Le plus important - celui qui a actuellement le monopole des exportations illégales - est clairement identifié par les experts de l'ONU. Il s’agit de Sékou Niangadou qui réside à Séguéla d'où il se rend deux fois par mois au Mali mais aussi en Guinée et au Liberia.

La levée de l'embargo pourrait mettre à mal ces exportations illégales et permettre au gouvernement ivoirien de reprendre le contrôle de ces diamants.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.