Republier
Centrafrique

Attaque de l'hôpital de MSF en RCA: l'ex-Seleka nie toute implication

Le général Dhaffane, président par intérim de l'ex-Seleka à Bria , où ses troupes sont divisées, le 9 avril 2014.
© REUTERS/Goran Tomasevic

L'attaque de l'hôpital de MSF à Boguila, dans le nord-ouest du pays, suscite des réactions gênées au sein de l'ex-rébellion, l'ex-Seleka, dont certains éléments sont mis en cause. Les différents interlocuteurs que RFI a pu joindre chez les ex-rebelles oscillent entre le démenti catégorique et la condamnation des combattants qui ont semé la mort.

Cette diversité de points de vue vient rappeler à quel point ce mouvement est éclaté. Le rallye meurtrier d'éléments de l'ex-Seleka dans le nord du pays place dans l'embarras les officiers de l'ex-rébellion. Certains opposent un démenti formel à une implication de l'ex-Seleka, comme le colonel Adam Ali, présent dans le nord du pays : « ce n'est pas nous, assure-t-il. Nous sommes innocents. Nous collaborons toujours avec les humanitaires. »

Le général Issa Issaka, l'ancien chef d'état major de l'ex-Seleka est lui à Bangui. Il reconnait qu'il ne contrôle pas les éléments du nord du pays, mais tient à se démarquer de ce qui s'est passé à Boguila : « Nous n'acceptons pas ce genre de comportement. Nous sommes là pour attendre le processus du gouvernement. Nous demandons à tous nos hommes de se mettre dans le cadre. »

→ A (RE) LIRE : RCA: traversée meurtrière de l’Ouham par d’ex-Seleka

Le général Mohamed Dhaffane, l'un des fondateurs de la Seleka condamne lui aussi l'assassinat des chefs traditionnels et des humanitaires à l'hôpital de MSF : «  Nous condamnons cela avec vigueur parce que nous ne pouvons pas accepter que l'on tire sur les populations civiles. L'enquête est faite et nous allons demander à nos éléments de nous fournir des éléments précis sur ce qui s'est passé. Certains éléments ne relèvent pas du commandement de l'ex-Seleka. »

Difficile à vrai dire d'obtenir une parole unique sur ce qui s'est passé à Boguila. Plus que jamais, l'ex-Seleka est un mouvement éclaté incapable de se reconnaitre dans un seul chef. Certains groupes ont même des intérêts contradictoires au sein d'une même localité.

→ A (RE) LIRE : RCA : profondes divisions chez les ex-Seleka

Une nouvelle attaque signée anti-balakas

Le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés a confirmé ce mardi 29 avril que le convoi transportant 1 300 musulmans venus du quartier du PK12 à Bangui a été attaqué, ce lundi, sur sa route vers le nord du pays. L'attaque a fait deux morts et six blessés. Selon le HCR, des miliciens anti-balaka ont jeté une grenade sur les camions qui transportaient les déplacés.

Pour Fatoumata Lejeune-Kaba, l'une des porte-paroles du HCR : « Cette attaque de lundi, que le HCR condamne fermement, montre à quel point ces populations musulmanes sont vulnérables par rapport la violence inter-communautaire qui sévit en ce moment en République centrafricaine. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.