La justice burkinabè se déclare incompétente dans l’affaire Sankara

Image d'archive de Thomas Sankara.
© William F. Campbell/Time & Life Pictures/Getty Images

Au Burkina Faso, la famille de l'ancien président Thomas Sankara va devoir encore patienter pour savoir si c’est bien lui qui se trouve dans la tombe présentée jusque-là comme la sienne. Le tribunal de grande instance de Ouagadougou s’est déclaré incompétent pour donner un verdict dans le procès qui les oppose à l’Etat burkinabè.

En une phrase, le tribunal de grande instance de Ouagadougou a rendu sa décision. La chambre civile du tribunal de grande instance de Ouagadougou s’est déclarée « incompétente » pour trancher le litige qui oppose la veuve et les enfants de Thomas Sankara à l’Etat burkinabè. Après plusieurs renvois et l’examen de nombreux documents exigés à la famille Sankara, cette décision surprend les avocats. Sur un plan juridique, Me Bénéwendé Sankara, l’un des défenseurs de la famille Sankara, déclare ne pas comprendre « en quoi le tribunal est incompétent ».

L’avocat de la famille de l’ancien président estime que la chambre civile du tribunal de grande instance est compétente dans la mesure où l’assignation en reconnaissance officielle de la tombe de Thomas Sankara est « une affaire civile ». En d’autres termes, selon les avocats, demander l’exhumation du corps de l'ancien chef d'Etat afin de procéder à des tests de reconnaissance relève d’une procédure civile.

 → A (RE)LIRE : Affaire Sankara: la famille dénonce «un déni de justice»

Les avocats de la famille Sankara attendent de connaître les motivations du juge avant de pouvoir tirer « toutes les conséquences de la décision ». Cela sera possible si la famille fait appel. Et « nous allons certainement faire appel », a assuré Me Sankara.

Présents dans la salle d’audience du tribunal, des parents, des compagnons de lutte et de nombreux jeunes ont manifesté leur mécontentement aux cris de « à bas la justice aux ordres », « justice corrompue », et « la lutte continue ».