Republier
Gabon Pétrole

Le Gabon veut inciter ses PME à investir le secteur du pétrole

Les principaux opérateurs dans le secteur pétrolier gabonais sont les groupes français Total et anglo-néerlandais Shell.
© AFP

Plus d’un demi-siècle après le lancement de sa production pétrolière, le Gabon vient de réaliser que le secteur de la sous-traitance, qui génère beaucoup d’emplois, est essentiellement contrôlé par des PME étrangères. Pour y impliquer plus de nationaux, le gouvernement a organisé un face-à-face entre compagnies pétrolières et PME locales.

Samedi, c’était une grande première, pour des centaines de responsables de PME gabonaises, de se retrouver en face des puissants PDG des sociétés pétrolières du pays. Les pétroliers ont étalé la liste des métiers qui nécessitent une sous-traitance et les conditions à remplir pour soumissionner. Des informations simples, mais qui étaient comme cachées. A l’issue des discussions, les responsables des PME nourrissent déjà de grands rêves.

→ A (RE)LIRE : Guerre de communiqués entre Total et le Gabon

« Depuis vingt ans j’ai toujours essayé de rentrer dans le milieu pétrolier qui paraissait hermétique, c'est-à-dire inaccessible pour les PME que nous sommes », insiste l’un d’entre eux. « Tout est écrit, c’est formidable. Maintenant, nous attendons l’application », note un autre patron. Cependant, « il ne suffit pas d’être Gabonais pour gagner un appel d’offre », a prévenu, Jacqueline Bignoumba, présidente de l’Union des patrons du pétrole au Gabon. « Dans notre secteur on a besoin de gens formés et compétents », a-t-elle martelé.

Le gouvernement fait le pari de la logistique

Pour commencer, le ministre gabonais du Pétrole, Etienne Dieudonné Ngoubou, pense que les Gabonais peuvent se contenter des métiers peu techniques. « Nous avons pensé que la logistique dans le domaine traditionnel qui est l’onshore [les installations terrestres pour le pétrole, ndlr] devrait être confiée en priorité aux PME gabonaises. Parce que ce sont des métiers qui sont déjà maîtrisés, qui requièrent très peu d’expertise ».

► A (RE)ECOUTER : La réforme du secteur pétrolier au Gabon (Grand Reportage du 18 avril 2013)

A l’heure actuelle, les PME gabonaises représentent seulement 20 % des entreprises qui interviennent dans le secteur de la sous-traitance pétrolière, qui brasse pourtant un important chiffre d’affaires. Le Gabon rêve de voir 80 % des PME locales contrôler ce marché dans 10 ans.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.