Mali: un informateur du MNLA et de Serval abattu à Kidal

Dans les rues de Kidal, en juillet 2013.
© AFP/KENZO TRIBOUILLARD

Vendredi soir, deux hommes à moto ont tiré sur un habitant de Kidal à son domicile. Transporté par la force française Serval à l’hôpital de Gao, l’homme est mort ce samedi matin. Cet habitant, lié aux rebelles touaregs du MNLA, pourrait avoir été tué par des terroristes parce qu’il servait d’informateur au MNLA ainsi qu’aux Français de la force Serval.

Sidati Ag Baye, la soixantaine, était l’ancien chauffeur du gouverneur de Kidal. « Il était un peu bavard, explique un haut responsable politique de la région. Cela peut créer des ennemis. » Selon ce même responsable, Sidati Ag Baye était très proche du MNLA. Les rebelles touaregs affirment qu’il ne faisait pas partie de leur mouvement, mais qu’il les avait effectivement informés, récemment, de la présence d’hommes rôdant à proximité de l’aéroport, creusant le sol, comme pour y déposer un engin explosif.

Ces derniers mois, plusieurs véhicules ont explosé dans la zone de l’aéroport parce qu’ils avaient roulé sur une mine. Cet assassinat pourrait donc être une mesure de représailles des terroristes islamistes d’Aqmi ou du Mujao, empêchés de préparer un nouvel attentat. C’est la piste que privilégie pour le moment la Mission des Nations unies au Mali.

Mais Sidati Ag Baye, selon le responsable politique malien de Kidal, servait aussi d’informateur aux Français de la force Serval. Il pourrait les avoir aidés à localiser un responsable du groupe islamiste touareg Ansar Dine, à savoir Haroune Said, bras droit du chef Iyad Ag Ghali, tué le mois dernier au cours d’une opération française. Du côté de Serval, on se contente de confirmer la mort de Sidati Ag Baye, sans faire aucun commentaire.