RDC: verdict controversé dans le procès Minova

L'un des deux juges revient sur les faits en novembre 2012 avant d'énoncer le verdict dans le procès de Minova sous le regard de la presse internationale.
© RFI/Lea Westerhoff

En République démocratique du Congo, la justice vient donc de rendre son verdict dans le procès de militaires poursuivis pour des viols, meurtres et pillages commis en novembre 2012 à Minova, dans le Sud-Kivu. Treize officiers ont été acquittés, l’un a été reconnu coupable de meurtre et condamné à perpétuité. Les 25 autres militaires de rang ont été condamnés à des peines allant de 3 à 20 ans pour pillage. Seuls deux d’entre eux ont été condamnés pour viol, l’un à perpétuité, l’autre à 20 ans. Enfin, un dernier prévenu n’a pu être jugé. La cour s’est déclarée incompétente.

Après plus de trois heures d’audience, trois heures pendant lesquelles les juges ont pris le temps de revenir sur les faits et de justifier leurs conclusions, le verdict est tombé dans le procès dit « de Minova ». L'acquittement a été prononcé pour 13 officiers, quasiment l’ensemble des officiers sauf un, la cour ayant estimé qu’elle ne pouvait pas établir la responsabilité de ces commandants. Les juges ont estimé qu'ils ne pouvaient établir que ces officiers avaient, par exemple, échoué à stopper les violences, sachant qu’un certain nombre d’entre eux n’étaient pas sur les lieux pendant les crimes commis en novembre 2012.

A (RE)LIRE : RDC: réquisitoire dans le procès Minova

Pour le reste des prévenus, 19 ont été condamnés à dix ans de prison pour « pillage » et « violation des consignes ». Ils ont aussi été destitués de leur rang de militaire. Enfin, trois ont été condamnés à 20 ans de prison et deux à perpétuité, l’un pour meurtre et l’autre pour viol. Au final, seuls deux viols ont été reconnus et condamnés par les juges. Et c’est là la principale déception des avocats des victimes aujourd’hui.

→ A (RE)LIRE : RDC: le traumatisme des femmes violées de Minova

Soixante victimes de viols étaient venues témoigner à Goma devant la barre. 190 en tout ont porté plainte, mais la Cour a estimé ne pas avoir assez d’éléments pour établir que les prévenus jugés dans le cadre du procès qui vient de se terminer avaient commis ces viols. Du côté des avocats des victimes, c'est évidemment la déception après l'annonce du verdict. En revanche, la défense estime que le droit a été prononcé « avec distance et objectivité ».