Décès de l’ancien Premier ministre centrafricain, Jean-Paul Ngoupandé - Afrique - RFI

 

  1. 16:30 TU Journal
  2. 16:33 TU Priorité santé
  3. 17:00 TU Journal
  4. 17:10 TU La bande passante
  5. 17:30 TU Journal
  6. 17:33 TU La bande passante
  7. 18:00 TU Journal
  8. 18:10 TU Sessions d'information
  9. 18:30 TU Sessions d'information
  10. 19:00 TU Journal
  11. 19:10 TU Grand reportage
  12. 19:30 TU Journal
  13. 19:40 TU Accents d'Europe
  14. 20:00 TU Journal
  15. 20:10 TU Couleurs tropicales
  16. 20:30 TU Journal
  17. 20:33 TU Couleurs tropicales
  18. 21:00 TU Journal
  19. 21:10 TU Grand reportage
  20. 21:30 TU Journal
  21. 21:33 TU Danse des mots
  22. 22:00 TU Sessions d'information
  23. 22:30 TU Sessions d'information
  24. 23:00 TU Journal
  25. 23:10 TU Autour de la question
  1. 16:10 TU Priorité santé
  2. 16:30 TU Journal
  3. 16:33 TU Priorité santé
  4. 17:00 TU Journal
  5. 17:10 TU La bande passante
  6. 17:30 TU Journal
  7. 17:33 TU La bande passante
  8. 18:00 TU Journal
  9. 18:10 TU Sessions d'information
  10. 18:30 TU Sessions d'information
  11. 19:00 TU Journal
  12. 19:10 TU Grand reportage
  13. 19:30 TU Journal
  14. 19:40 TU Accents d'Europe
  15. 20:00 TU Journal
  16. 20:10 TU Couleurs tropicales
  17. 20:30 TU Journal
  18. 20:33 TU Couleurs tropicales
  19. 21:00 TU Journal
  20. 21:10 TU Radio foot internationale
  21. 21:30 TU Journal
  22. 21:33 TU Radio foot internationale
  23. 22:00 TU Sessions d'information
  24. 22:30 TU Sessions d'information
  25. 23:00 TU Journal
fermer

Afrique

RCA

Décès de l’ancien Premier ministre centrafricain, Jean-Paul Ngoupandé

media L’ancien Premier ministre et essayiste centrafricain Jean-Paul Ngoupandé s'exprime face à la foule à Bangui, le 10 septembre 1999. AFP

L’ancien Premier ministre et essayiste centrafricain Jean-Paul Ngoupandé est décédé, le 4 mai. Chef du gouvernement éphémère pendant la présidence de feu Ange Félix Patassé, Jean-Paul Ngoupandé est mort à soixante-huit ans suite à une chute à son domicile en région parisienne. Homme de lettres, titulaire d'un doctorat en philosophie, il a beaucoup écrit sur les défis du continent africain.

Il avait l'embonpoint décomplexé, le sourire triomphant et le regard empli de bienveillance. Tous ceux qui ont approché Jean-Paul Nngoupandé ont été marqués par l'aura de sympathie qui émanait du personnage. Cet ancien professeur de philosophie engagé en politique était un brillant intellectuel. « L'honneur de son pays », disent aujourd'hui ses amis.

Essayiste, auteur notamment de l'Afrique sans la France et l'Afrique face à l'Islam, il professait le respect d'une morale et d'un ensemble de principes. Il demeurait un intellectuel jusque dans sa façon d'aborder la sphère politique, c'est à dire sans jamais s'abreuver au caniveau de la démagogie.

Ministre de l'Education nationale au milieu des années 80, il est ensuite nommé ambassadeur en Côte d'Ivoire, sous le règne de Félix Houphouët Boigny, le président à qui vouait une profonde admiration. La période la plus difficile de sa carrière, avoua-t-il plus tard, furent ces huit mois, entre 1996 et 1997 où il dirigea le gouvernement de transition sous la présidence d'Ange Félix Patassé. Pourtant, c'est au sortir de cette expérience qu'il crée son parti et devient député.

Rallié à Bozizé, il en défendra surtout la politique étrangère. Sa carrière politique s'arrête brutalement pour des raisons de santé en 2006. Mais Jean Paul Ngoupandé se recentre alors sur ses écrits et ses livres. « Je fais de la politique par devoir, disait-il, alors que j'écris par goût ».

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.