Republier
Mali

Mali: l’ancien commissaire politique d’Ansar Dine arrêté à Kidal

Des soldats sénégalais rendent hommage, à Dakar, à deux de leurs compatriotes, tués dans un attentat à Kidal le 14 décembre dernier. «Mortalla», arrêté par les militaires français, est soupçonné d'être impliqué dans cet attentat.
© AFP PHOTO / SEYLLOU

La traque aux jihadistes continue dans le nord du Mali. Les militaires français ont interpellé dimanche dernier l'ancien commissaire islamique d'Ansar Dine à Kidal. Il est soupçonné de complicité active avec les mouvements terroristes et d’être impliqué dans un attentat qui a coûté la vie à deux soldats sénégalais de la Minusma en décembre dernier.

A Kidal, on le connait sous le nom de « Mortalla ». Al-Housseini ag Ahayare a été arrêté dimanche à son domicile avec plusieurs personnes. Selon des témoignages sur place, les Français sont arrivés en commando par les airs, via deux hélicoptères, pour encercler la maison du suspect. Les Français suivaient de près les activités de cet entrepreneur trop tranquille. Ce Touareg originaire du Tamasna était le commissaire politique d'Ansar Dine à Kidal durant l'occupation de la ville par les jihadistes. A leur départ, il n'a pas bougé et est resté à Kidal, où il faisait de la réhabilitation de maisons et du commerce avec l'Algérie. Sur place, on parle de lui comme d'un homme effacé et secret.

Soupçon d'implication dans l'attentat de décembre

Selon nos informations, l'individu, membre du Haut Conseil pour l'Unité de l'Azawad (HCUA) est fortement soupçonné d'être impliqué dans l'attentat contre la banque BMS, à Kidal, en décembre dernier. Deux soldats africains de la Minusma avaient été tués dans l’attentat. Plusieurs indices importants, dont des téléphones et une importante somme d'argent, ont été retrouvés chez lui.

→ A (RE)LIRE : Attentat à Kidal: «l'un des plus forts que je n'aie jamais connus»

Al-Housseini ag Ahayare était en contact étroit avec Cheikh Haoussa, un proche de Iyad ag Ghali. « Mortalla » est soupçonné d'être un facilitateur des activités terroristes à Kidal. « Il n'a pas été arrêté par hasard, les Français savaient très bien qui ils allaient cueillir », commente un habitant de Kidal. « Mortalla » a été transféré à Gao par les Français et remis aux services maliens.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.