Republier
Mali MNLA

Mali: arrivée mouvementée pour le Premier ministre Moussa Mara à Kidal

Le Premier ministre malien Moussa Mara au Parlement à Bamako, le 29 avril 2014.
© AFP PHOTO / HABIBOU KOUYATE

Une vive tension règne dans la ville de Kidal, le fief touareg du nord-est du Mali où des échanges de tirs opposent les forces armées maliennes aux rebelles touaregs, ce samedi 17 mai. Des affrontements qui ont retardé la visite du Premier ministre Moussa Mara, finalement arrivé dans l’après-midi.

La situation est plus que tendue à Kidal où l’on entend encore des tirs à l’arme lourde. Armée malienne et rebelles touaregs s’affrontent, chacun veut défendre ses positions. Cela se passe notamment non loin du gouvernorat de la ville.

Les troupes du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et leurs alliés contrôlent une partie de la ville actuellement. Il y aurait des victimes, mais pas véritablement de détails pour le moment.

Des civils terrés à la maison

La pomme de discorde est l’annonce de la venue ce samedi 17 mai du Premier ministre malien Moussa Mara à Kidal. Le MNLA ne veut pas entendre parler de cette visite alors que les forces maliennes entendent sécuriser l’arrivée du Premier ministre.

Par peur, les populations civiles sont restées terrées à la maison, mais d’autres habitants ont pris d’assaut l’aérodrome de Kidal pour empêcher l’atterrissage de l’avion officiel. Des pneus, selon des témoins, ont même été brûlés sur la piste de cet aérodrome.

L'avion du Premier ministre a finalement atterri

Des casques bleus onusiens de la Minusma sont aussi déployés à Kidal. Ils ont tenté à un moment de s’interposer entre ce qu’il faut désormais appeler « les belligérants ». Mais sans succès. Alors ils se sont retranchés dans leur camp, tout comme un petit détachement français sur place.

Le Premier ministre malien Moussa Mara, en tournée donc au Nord du Mali, a quitté Tombouctou et devait se rendre directement à Kidal. A cause de la situation, il a atterri à Gao, puis il a ensuite redécollé pour finalement arriver dans un Kidal sous tension en milieu d’après-midi.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.