Republier
Djibouti

Djibouti: les autorités font fermer des locaux d'un parti d'opposition

Un meeting de l'opposition (USN), en février 2013.
© Facebook / USN

Les locaux du parti d'opposition Alliance républicaine pour le développement (ARD) dans le district d’Arhiba a été fermé par les forces de l’ordre, samedi 17 mai. Ces derniers, très nombreux, ne disposaient d’aucun mandat mais auraient reçu l’ordre d'évacuer tous les militants et de cadenasser les locaux du parti, selon le vice-président du parti. Cette formation est membre de l'Union pour le salut national (USN), coalition de l'opposition, victime d'une répression grandissante ces dernières semaines.

Depuis plusieurs jours, le quartier d’Arhiba à Djibouti était « en état de siège » selon des témoins. Lundi, une réunion de l’ARD, en présence de représentants de l’USN, la coalition d'opposition avait été violemment dispersée, les locaux du parti saccagés et plusieurs dizaines de personnes arrêtées, selon Adnan Mohamed Abdou, le vice-président du parti. Pour lui, la fermeture des locaux d'Arhiba par les forces de l'ordre, marque une nouvelle étape dans la tentative de muselage de l'opposition :

« Partout nous sommes harcelés. Nous n'avons pas le droit de faire des meetings, nous n'avons pas le droit de manifester, nous n'avons même pas le droit de faire une réunion élargie dans nos sièges. Et d'ailleurs, tous les partis qui composent l'USN sont ainsi harcelés. Il n'y a que le parti au pouvoir qui a le droit de se rassembler, de manifester. [...] Nous sommes revenus à l'ère du parti unique. »

En milieu de semaine, deux militants d'opposition ont également été blessés par balles, selon la ligue djiboutienne des droits de l'homme, et seraient toujours hospitalisés dans la capitale. Quant aux arrestations de militants, elles sont quasi quotidiennes depuis plusieurs mois, et n'épargent pas les mineurs.

Non seulement le timide dialogue amorçé en février entre pouvoir et opposition n'a pas abouti, mais, pire encore, la répression n'a fait que s’accentuer depuis, déplore un membre de l'opposition.

 → A (RE)LIRE: Djibouti: l'opposition empêchée de se rassembler

Depuis plus d'un an, l'opposition revendique la victoire aux législatives du 22 février 2013 et refuse de siéger au Parlement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.