Combats à Kidal: «une trentaine de fonctionnaires portés disparus»

Un membre du MNLA à Kidal, le 23 juin 2013.
© REUTERS/Adama Diarra

Samedi 17 mai, la ville de Kidal, au nord du Mali, a été secouée par des combats entre armée et rebelles touaregs, obligeant le Premier ministre Moussa Mara à retarder son arrivée. Ce dimanche, des échanges de tirs ont éclaté entre l'armée malienne et les rebelles du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA). Une trentaine de fonctionnaires sont portés disparus, selon une source au gouvernorat de Kidal. Le ministère de la Défense annonce, lui, que 36 personnes dont 8 militaires ont perdu la vie dans les combats.

La situation est toujours tendue dans le secteur de Kidal. Des coups de feu ont même été encore entendus en début d'après-midi dimanche. Mais les Français de l’opération Serval auraient obtenu un accord de cessez-le-feu entre les belligérants, c’est-à-dire l’armée malienne d’un côté et de l’autre, le MNLA appuyé par le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA). Un cessez-le-feu plutôt fragile.

Dans la même ville de Kidal, on signale également ce dimanche quelques actes de vandalisme, notamment quelques boutiques et des bâtiments attaqués. Il va falloir très probablement revoir à la hausse le bilan des affrontements d’hier parce que des corps auraient été aperçus ce dimanche à Kidal.

Enfin, le Premier ministre malien a pu quitter ce dimanche la localité après avoir été contraint à cause d'une tempête de sable à passer la nuit sur place. Et dans son hélicoptère ce matin en partance pour Gao, il a transporté au moins un soldat loyaliste, blessé lors des évènements.

Les autorités locales font état d'une trentaine d'agents du gouvernorat portés disparus.

Tirs nourris samedi

Dans une ambiance électrique, les rues de Kidal ont été désertées..
Kidal sous les feux...
18-05-2014 - Par Guillaume Thibault

La journée de samedi a été plutôt mouvementée : au saut du lit, des femmes et des jeunes ont d’abord pris d’assaut l’aérodrome de Kidal pour empêcher l’avion du Premier ministre d’atterrir. Entre temps, les coups de feu ont éclaté entre les belligérants. Un militaire de l’armée régulière, blessé au combat, est décédé.

→ A (RE)LIRE : Mali: arrivée mouvementée pour le Premier ministre Moussa Mara à Kidal

Finalement, c’est vers 12h30 TU que Moussa Mara a débarqué en hélicoptère en se posant d’abord à l’intérieur du camp militaire des forces de l’ONU. Il s'est ensuite rendu dans le camp des militaires maliens avant de rallier le gouvernorat de région. Son cortège a essuyé des tirs nourris, notamment autour du bâtiment du gouvernorat abandonné par une partie du personnel administratif.

Le MNLA affirme qu'au moins six soldats ont péri. Le mouvement rebelle déclare par ailleurs avoir pris le contrôle du gouvernorat et fait plusieurs prisonniers. Le ministère de la Défense a lui publié un communiqué annonçant la mort de 36 personnes dans les combats, dont huit soldats de l'armée malienne.