Republier
Libye

Calme relatif à Tripoli après le coup de force des milices de Zintane

Les membres de la garde présidentielle devant le Parlement à Tripoli en Libye, le 4 mai 2014.
© REUTERS/Ismail Zitouny

Le calme est revenu ce lundi matin 19 mai à Tripoli après le coup de force tenté, dimanche, par des miliciens de Zintane. Ils avaient investi le Conseil général libyen, autrement dit le Parlement, exigeant sa dissolution et le transfert de ses pouvoirs à la nouvelle Assemblée constituante. Ces hommes, qui disaient agir de concert avec le général Khalifa Haftar, qui depuis Benghazi a lancé une offensive contre les islamistes, sont repartis dans leurs bases.

La vie a repris son cours, les entreprises et les magasins sont ouverts, expliquait à RFI un homme politique libyen ce lundi. Mais l'inquiétude est dans tous les esprits. Non pas tant à cause du coup de force des miliciens de Zintane. Dimanche, ils ont investi le Conseil général, puis sont repartis d'où ils étaient venus, c'est-à-dire dans leurs bases. Leurs revendications ont été rejetées à la fois par le gouvernement et l'Assemblée constituante, que les insurgés voulaient voir remplacer le Conseil général.

Ce qui inquiète davantage les habitants de Tripoli, c'est la réaction des islamistes radicaux qu'ils soient à Benghazi ou à Tripoli. Car l'opération lancée à Benghazi par le général Haftar et relayée à Tripoli par les milices de Zintane, contre les islamistes, va forcément entraîner une réaction de ces groupes radicaux. C’est ce que redoutent les Libyens qui risquent de se retrouver dans un nouveau cycle de violence.

Haftar, une menace ?

Par ailleurs, le gouvernement est manifestement désemparé face à l'offensive du général Haftar à Benghazi. Un général qui prétend lutter contre les milices islamistes, mais qui multiplie les revendications politiques, tout en se gardant de vouloir prendre le pouvoir. Khalifa Haftar représente une force montante, explique un responsable politique, et personne ne sait où cette force s'arrêtera.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.