Maroc: une vingtaine de détenus français en grève de la faim

Le président François Hollande avec le roi Mohammed VI, le 3 avril 2013 au Maroc. Depuis février, la coopération entre Paris et Rabat est supendue.
© AFP PHOTO/FADEL SENNA

Depuis le lundi 19 mai, 22 Français détenus au Maroc sont en grève de la faim illimitée. Ils se disent victimes de la suspension de la coopération judiciaire entre la France et le Maroc et souhaitent attirer l’attention sur leurs conditions de détention.

Les détenus français incarcérés au Maroc sont-ils en train de payer pour la détérioration des relations entre Paris et Rabat ? C’est en tout cas ce qu’une partie d’entre eux affirment.

 → A (RE)LIRE : Pourquoi le Maroc a suspendu sa coopération judiciaire avec la France

La coopération entre les deux pays a été suspendue après la convocation chez le juge d'instruction, en février, du patron du contre-espionnage Abdelatif Hammouchi. Une convocation délivrée par des policiers français, à la résidence de l'ambassadeur du Maroc en France, suite à des plaintes déposées en France pour torture et complicité de torture.

Seul recours

Tous les détenus actuellement en grève de la faim étaient en attente de leur transfèrement en Europe au moment de cette suspension. Cette action est, disent-ils, leur seul recours pour faire valoir leurs droits mais aussi pour attirer l'attention sur leurs mauvaises conditions de détention.

« Les détenus demandent par exemple qu’il y ait une protection consulaire de la France qui soit assurée pour que leurs conditions s’améliorent, explique ainsi au micro de RFI, Luk Vervaet, du Comité des familles de prisonniers européens au Maroc. Deuxièmement, les accords juridiques ont été suspendus. Suite à tout cela, il n’y a plus de transfert de détenus qui pourtant ont obtenu le droit d’être transférés en France. Tout est bloqué. »

Et le défenseur des droits humains de prendre un exemple : «  Un détenu que je suis personnellement décrit une situation où ils sont à 35 dans une cellule de 25 m², où ils n’ont pas de vêtements de rechange, pas de savon… Quand vous n’avez personne dans le pays qui peut vous les apporter, ça vous donne une idée d’une situation infernale qui existe là pour l’instant. »

Leur situation est tout simplement intenable.
Luk Vervaet
22-05-2014 - Par Marie-Pierre Olphand